:: anciens rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I'm back babe ✌ Nao - Tatsuya

«Invité»
Invité
avatar
Lun 28 Mar - 23:39
Invité



There's no place like home
Cela faisait maintenant une semaine que Tatsuya était  rentré au Japon.  Une semaine, qui ne c'était absolument pas passé comme il l'avait imaginé. Car, si pour lui son retour au Japon signifiait enfin les retrouvailles avec son groupe et le fait de fêter son retour comme il se devait en organisant la fête du siècle, son paternel n'avait pas, mais alors, pas du tout vu la chose de la même façon. C'est simple à son arrivée à l'aéroport, il avait été accueilli à la place par le majordome de la famille qui, accompagné de sa bande de gorilles, ne lui avait même pas laissé le temps de s'enfuir, car oui il a tenté malgré tout. En même temps face à cet « accueil » il avait vite compris qu'il pouvait dire adieu à l'idée de revenir tel un roi à Shibuya. Bref, après être arrivé à la demeure familiale, il avait eu le droit à la total, à son plus grand désespoir. Il avait dû aller saluer tous les amis médecins de son père, assister à des dîners qui n'en finissaient plus… Il n'y avait pas à dire, il était encore en enfer ! Lui qui pensait qu'une fois dans l'avion il retournerait au paradis, dans son joyeux petit univers où il n'était pas obligé de sortir son sourire forcé, qui commençait à lui faire mal à force, pour être sûr de satisfaire cette « société » qui l'insupportait au plus hauts points. Lui, il voulait juste revoir sa bande, car putain ils lui avaient manqué ! Même l'autre insupportable de Takumi pour vous dire ! Alors,  une fois que son père lui a donné le feu vert pour se barrer, il a foncé cela va de soi. Enfin il allait goûter à sa liberté retrouvée ! A présent il était là devant la porte de son loft à minuit, tout nostalgique et euphorique à l'idée  d'enfin retrouver son petit chez-lui ! Bon certes pas si petit mais bon. Il faut bien avouer que la raison principale de son euphorie était l'idée qu'il allait enfin retrouver sa petite princesse, Nao !   Ah Nao et Tatsuya, ça c'était une histoire.  Il l'avait recueillit dans la rue sans vraiment comprendre lui-même la raison, car Tatsuya est loin de se la jouer mère Térésa comme Ayaka, au contraire il est beaucoup trop centré sur sa petite personne. Pourtant, cette fille l'avait directement captivé. Il n'arrivait pas à l'expliquer encore aujourd'hui mais, une chose est sûre, il ne regrettait pas le choix qu'il avait fait ce jour-là. Bien au contraire, il s'était bien trop attaché à cette jolie fille, qui était tel un animal blessé et craintif au début mais qu'il avait finis par apprivoiser. Il sait pertinemment qu'il n'a pas encore guérit toutes ses blessures, mais il compte bien le faire et ce même si elle refuse. Car s'il y a une chose pire qu'un Tatsuya relou, c'est celui qui n'abandonne jamais coûte que coûte au grand dam de ses victimes ! Il fouilla dans ses poches et finis par trouver les clés. Un sourire aux lèvres à l'idée de retrouver Nao sur le visage, il pénétra dans le loft. Seulement, il fut accueillit par le silence et un appart' plongé dans le noir… Il posa alors ses valises dans l'entrée déçu, elle semblait absente « Non mais je rêve elle est même pas là pour m'accueillir ! » bon certes, il ne l'avait même pas prévenu qu‘il était de retour mais c'était pour lui faire une surprise ! Il soupira et se dirigea vers le salon où sans grande surprise il découvrit un sacré bordel. Il y avait des paquets de clopes éparpillés un peu partout, des post-it avec des mots collé sur tout un mur et je vous passe le reste. Il s'approcha naturellement du mur, car il était complètement habitué à ce genre de "petites attentions" de la part de Nao.  C'est simple, dès qu'elle trouvait un mot intéressant et exploitable pour une chanson elle le notait sur un post-it et le coller au mur. Habituellement, quand il était là il finissait par les retirer une fois la chanson écrite soit par elle soit par lui-même, seulement vu la tonne de post-it qu'elle avait mis les uns sur les autres on pouvait clairement voir son absence d'un an. Il soupira « Elle y a été un peu fort, je vois même plus le papier là ! Ça va me prendre une éternité à tout enlever …» Il était déjà déprimé à cette idée  « Bon, voyons voir ce qu'elle nous a fait de beau quand même ! » Il parcouru des yeux rapidement le mur et un mot en particulier retenait son attention "Solitude" ne l'aimant pas beaucoup, il s'empressa de le jeter. Car, il ne savait que trop bien que Nao était le genre de personne à se sentir très rapidement seule et cela était l'une des raisons pour laquelle il s'en voulait d'être parti un an. Certes, il n'avait pas eu le choix, mais cela n'enlevait en rien une certaine culpabilité. Alors qu'il continuait son chemin le long du mur, il remarqua une petite boule sur le canapé. C'était Nao, endormie. Un sourire apparu sur le visage de Tatsuya, il n'y avait pas à dire elle était mignonne endormie comme ça, alors que réveillée,  elle pouvait être un vrai démon ! En la voyant comme ça, personne n'y croirait. En la trouvant ici, il comprit aussi très rapidement qu'elle avait dû vivre dans le salon, ce qui expliquait le bazar. En constatant qu'elle dormait comme un bébé, il décida de laisser tomber l'idée de son arrivée surprise. Il alla alors chercher une couverture dans sa chambre lui mit et en profita pour lui mettre un joli post-it sur le front, après tout le mur n'avait plus de place et elle en avait fortement abusé alors, il lui fallait une petite leçon !  « Ton maître est rentré ! Ps: tu nettoieras tout ce bordel !  »   Il en riait d'avance, sa réaction qui risquait d'être priceless ! Une fois ses bêtises faites, il alla prendre une bonne douche chaude et décida d'aller se coucher, non sans penser une dernière fois que son retour en mode roi était bien pourrie pour le moment. Mais, alors qu'il était doucement en train de tomber dans les bras de Morphée, il reçu un violent coup dans le ventre qui le réveilla automatiquement. Sans aucune surprise il trouva Nao sur lui le regard noir, il se contenta alors d'afficher son plus beau sourire et de lui dire « Salut ma belle, j'espère que je ne t'ai pas trop manqué ?  » Il risquait de passait un sale quart d'heure vue sa tête.

© charney

«Invité»
Invité
avatar
Mer 30 Mar - 0:10
Invité
Tatsuya & Nao

i'm back babe




Elle est là, toute seule. Toute seule dans ce grand appartement qui sent le fric à plein nez. Tout ce fric qu’elle ne pourra probablement jamais avoir. Il paraît qu’elle est ici a sa place.  Elle y croit. La plupart du temps en tout cas. Puis parfois elle doute. Elle doute parce qu’elle n’a jamais bien su où elle est à sa place. Ou même ce qu’est une place. Pourtant, ici elle a sa gueule placardé sur le frigo et elle sait bien que nulle part ailleurs on lui fera cet honneur. Ici c’est chez elle. Elle se souvient très bien du jour où il lui a dit ça, il y a maintenant deux ans. La première année, elle ne s’est pas vraiment posé la question. Ça l’arrangeait bien finalement de plus avoir à se demander tous les soirs où elle allait bien pouvoir dormir.  Elle qui habituellement supportait difficilement la compagnie d’autrui pendant un long laps de temps c’était même surprise à apprécier la collocation et commençait même à comprendre le sens du mot famille. Parce qu’après tout Tatsuya et les autres sont pour elle se qui se rapproche le plus d’une famille.  Puis finalement, elle a appris à apprécier cet appartement trop grand et y a même mit sa patte. D’en faire ton chez toi alors qu’au fond elle a parfois l’impression de n’être que de passage. Etoile filante prête à disparaître en un instant. Cette année confirme d’ailleurs l’idée. Toute seule dans ce grand appartement, les questionnements existentiels de Nao on tout le loisir de venir la harceler. Musique entêtante qui ne s’arrête jamais. La mélodie de sa vie qui ne partira qu’une fois qu’elle aussi s’en sera allé. Elle essaie pourtant de l’apprivoiser, de créer des notes, de poser sa plume. Le mur rempli de post-it peut en témoigner. Elle écrit beaucoup c’est dernier temps poussé par Takumi et Sho. Puisque le prodige à mit les voiles pour sauver la planète il faut bien que quelqu’un reprenne le boulot. Mais elle est pas folle. Elle a beau avoir un tas de mot couché sur le papier, elle n’a pas son talent quand il est question de les mettre en musique. Aucun de vous ne l’a vraiment d’ailleurs. Et c’est bien là le problème. Enfin, est-ce vraiment un problème ?  Takumi serait le premier à dire que oui. Ils ne jouent pratiquement plus depuis le départ de Tatsuya. Enfin seulement entre vous. Et Nao doit bien avouer que ça lui manque. Elle ne pensait pas au début que taper sur une batterie serait aussi libérateur. Enfin plus que ça, c’est surtout l’osmose qu’ils arrivent à créer à travers leur musique qui  lui manque. Ouais c’est dernier temps elle est gourmande et elle a bien besoin de sentir qu’elle appartient à quelque chose. 23h30. Une vraie grand-mère elle part se coucher. On ne peut pourtant pas dire que ça journée a été très productive. Quelques mots griffonner dans un carnet. Un Takumi ronchon. Plusieurs bières. Un certains nombres de joints. Bref rien qui lui vaut d’être aussi fatiguée et pourtant elle s’écroule sur le canapé. Enfin le canapé elle y a élu domicile depuis plusieurs mois maintenant. Elle préfère de loin dormir dans ce grand salon que de se sentir encore plus seule au fond de son lit. A peine pose-t-elle sa tête sur l’oreiller que Morphée l’emporte. La tête engourdie elle a l’étrange sensation qu’un truc lui colle sur le front.  Un post-it. Elle se dit qu’il est peut-être temps qu’elle fasse le tri dans toutes les conneries qu’elle a bien pu écrire quand elle se décide à lire le message qui y est inscrit. Il lui faut bien plusieurs secondes pour saisir pleinement le message. Elle regarde autour d’elle énorme sac dans l’entré. Le proprio est rentré. Elle cherche autour d’elle mais aucune trace du leader. Elle se lève et se dirige naturellement vers la chambre du jeune homme endroit où elle n’a pas mis les pieds depuis des lustres. Il est là étendu sur le lit presque comme s’il n’était jamais parti. Elle lui jette un regard saisit l’oreiller au bout de son lit et lui jette à la tête. Pas sympa ? Peut-être bien mais c’est sa façon à elle de l’accueillir. «  Absolument pas j’suis presque déçue que tu sois de retour ! t’aurais dû continuer à sauver le monde ça te ressemble tellement en plus » Bien évidemment on peut bien sentir tout le sarcasme qui l’habite. Elle s’allonge à côté de lui et lui dépose un baiser sur la joue. « Bien sûr que tu m’as manqué mais prend pas trop tes aises. Je n’ai aucun maître »  Mine de rien fallait bien replacer certaines choses. En 1 an il semblait que monsieur avait besoin d’une mise à jour. « T’es rentré quand ? » Mille et une question lui brûlait les lèvres.


«Invité»
Invité
avatar
Sam 23 Avr - 21:53
Invité



There's no place like home
Il n'y a pas à dire on est vraiment mieux chez soi ! Ahhh... son loft lui avait bien manqué ! Ici au moins, il avait la wifi et la télé qui ne passaient pas leurs à sauter, une salle de bain digne de ce nom et je vous passe le reste. Il n'y a pas à dire, le Japon c'est le paradis ! Même la pollution lui avait manqué pour vous dire ! Bon, c'est vrai que les biens matériels lui avaient pas mal manqué, monsieur est matérialiste que voulez-vous, mais ce qui lui avait le plus manqué restait malgré tout sa bande de pote. Mais attention, Tatsuya ne l'avouerai pour rien au monde à Takumi car ce dernier risquait de se foutre de sa gueule ouvertement pendant l'année entière ! Et ça, Tatsuya préférait plutôt mourir. Si pour Takumi cette idée était inconcevable, ce n'était pas le cas pour Shô et Nao. Eux, ils le leur répéterait jusqu'à les faire chier, car il avait toujours agit de la sorte envers eux : collant à souhait et relou au possible ! Apres avoir trouvé Nao endormie comme un bébé dans le salon Tatsuya au ange à l'idée d'enfin retrouver son lit, ne tarda pas à s'endormir à son tour. Seulement le coussin qu'il reçut dans la tronche le ramena vite à la réalité. Il avait en face de lui une Nao pas du tout enjouée, en même temps avec le post-it et le retour surprise ça pouvait se comprendre. Si bien que mademoiselle Osaki ouvrait les hostilités «  Absolument pas j’suis presque déçue que tu sois de retour ! » Tatsuya souriait, amusé. Il prit alors son air arrogant et lui répondit  « Mens pas, je peux clairement voir la joie dans tes yeux quand tu regardes ma gueule d'ange » Modestie quand tu nous tiens.  Et voilà, on avait le droit à du parfait Tatsuya. Le pire c’est qu’l assumait complètement toutes ses répliques plus farfelues les unes que les autres, il s’en vantait même ! « T’aurais dû continuer à sauver le monde ça te ressemble tellement en plus »  Il leva un sourcil let afficha rapidement un air complètement  blasé. Lui sauver le monde, c’était la blague de l’année et ça Nao le savait aussi bien que lui. Il laisser volontiers ce rôle à Ayaka qui serai heureuse de le remplir. Il prit un air provocateur et répliqua « J'ai déjà assez de boulot avec toi je te ferai dire ! Alors m’en rajoute pas  s'te plait ! » Car mine de rien s’occuper du phénomène Nao c’était du boulot. Vous avez juste à regarder le salon pour en avoir une idée. Il observait Nao s’allonger dans le lit à ses côtés. Il ne put s’empêcher de sourire à l’instant aux ses lèvres touchèrent sa joue. Elle avait quand même des côtés mignons le démon. « Bien sûr que tu m’as manqué » Maintenant il souriait comme un idiot. Car ce genre de déclaration de Nao arrivait une fois l’an ! Il avait vraiment du lui manquer. Il allait lui dire qu’il était fier de ses progrès mais cette dernière brisa cette belle atmosphère  rapidement  « Mais prend pas trop tes aises. Je n’ai aucun maître. » Meurtri, Tatsuya répondit au tac au tac  « On m'avait dit que les chats oubliaient rapidement leur maitre, mais je ne pensais pas à ce point ! Tu brises mon petit kokoro ! ". Si vous vous demandez d’où vient ce fameux surnom, il n’y a pas vraiment besoin de  chercher loin. C’est partit du fait Nao ressemblait à un chat sauvage lorsque Tatsuya l’avait trouvé dans la rue. Elle était solitaire, elle adorait la liberté et détester les marques d’affections comme un vrai chat noir sauvage. Bon je vous passe l’épisode où Tatsuya avait failli se faire tuer par Takumi quand il avait annoncé avoir un chat chez lui et que ce dernier avait trouvé Nao sur le canapé tranquille et où il lui avait demandé à Tatsuya quel jeu pervers il avait encore inventé. Alors que, pour sa défense, ce n’est pas son genre. Pas du tout ! Tatsuya ne put s’empêcher de pouffer de rire en se remémorant la scène  mais la voix de Nao le ramena à la réalité  « T’es rentré quand ? » C’est vrai qu’en y réfléchissant, il ne lui avait encore donner  aucune information à ce sujet « Il y a une semaine et crois-moi, si j'avais pu je serai tout de rentré plus tôt pour te voir Nao~kun ! » il la prenait dans ses bras et la serrai comme si elle était son doudou  « Au moins j'aurai échappé à toutes cette semaine de merde avec mon père, que tu peux facilement imaginer » Oh oui, une semaine avec Nao c’était le paradis à côté ! Mais lui aussi était assez curieux sur tout ce qu’il avait loupé. « Assez parlé de moi, raconte-moi plutôt tout ce que j'ai loupé pendant 1 ans ! » Mais s’il y a bien une chose qu’il souhaitait c’était  à quel sauce il serait mangé par les membres du groupe, car mine de rien il risquait de se faire tuer et ce malgré ses notes remplies de nouvelles chansons.  

© charney

«Invité»
Invité
avatar
Lun 16 Mai - 21:12
Invité
Tatsuya & Nao

i'm back babe




C’est marrant le plaisir qu’on prend qu’en notre regard croise celui d’une personne depuis longtemps. Le genre de plaisir auquel Nao ne parvenait pas à s’habituer. Elle n’aller pas l’avouer parce que scander son amour au grand jour ce n’était pas vraiment son genre, mais il avait raison, il lui avait manqué et elle s’était même surprise à trouver le temps long sans lui. Le simple fait qu’il soit de retour dans cet appartement trois fois trop grand lui faisait presque apprécier l’endroit. Longtemps elle l’avait trouvé franchement insupportable ne supportant pas ses grands airs de mec qui a tout vécu alors qu’il n’a jamais eu à se soucier de rien. Et elle ne parvenait pas à comprendre. Pourquoi parmi toutes les âmes perdues des rues de Tokyo il avait fallu qu’il s’arrête sur elle, celle qui ne demandait même pas à être sauvée, se laissant porté par la vague du malheur la seule qu’elle n’ait jamais connue, la seule qui ne l’ai jamais déçue. Elle s’était pourtant laisser prendre au jeu se disant que comme tous les êtres qui croisaient sa route elle se servirait de lui un certain temps, le temps de voguer vers d’autres histoires. Puis il s’était avéré qu’il était celui qui c’était servi d’elle, lui promettant mont et merveilles si elle acceptait de taper sur une batterie. Elle ne sait toujours pas bien pourquoi elle a accepté. Un an après elle est là, remplissant un rôle qui ne lui ressemble pas. Nao n’est jamais celle qui accueille sur le bas de la porte les bras grands ouverts. Nao est de ceux qui partent sans jamais se retourner. Elle y a pensé, en 1 an elle aurait pu mettre aisément les voiles disparaître sans qu’il ne puisse retrouver sa trace. Mais la musique et cette famille qu’ils formaient étaient devenues aussi addictives que les petites pilules qui traînent dans son sac. Elle grimace quand elle l’entend dire qu’il a déjà trop à faire avec elle et aimerait bien répliquer qu’elle est bien assez grande pour s’occuper d’elle toute seule, mais ça ne serait que de belle parole camouflant bien mal la vérité. À force de se débrouiller toute seule, elle a fini par devenir l’ombre d’elle-même. Un être sans but qui se demande souvent ce qu’elle fait encore là alors qu’elle aurait pu depuis longtemps se jeter sous un train. Dernier au revoir spectaculaire, mais non elle en a pas le courage. Sa vie à beau être une belle merde son cœur bat toujours et on retrouvera peut être son corps étendu à terre un jour, mais elle aura vécu, jusqu’au bout. Allant à l’encontre de ce que le monstre lui a toujours dit. Il lui avait promis de la tuer seulement voilà seule la vie aura raison d’elle. «  Me comparer à une mission humanitaire, charmant vraiment »  finalement il était parti 1 an et avait probablement vu des trucs pas possibles, mais elle restait encore le pire à ses yeux, quelle chance. Elle ne peut s’empêcher de grimacer à sa blague. Elle déteste ce surnom qu’il lui donne tout le temps. Elle aime pas ses marques d’affection qu’on balance sans trop y penser avec l’idée que ça plaît toujours. Ça l’a dérange elle a plutôt l’habitude qu’on lui crache à la gueule que c’est une bonne a rien. Elle a peur de devenir quelqu’un comme ça quelqu’un qui s’offre, se donne trop aux autres. Quelqu’un qu’on peut briser en un clin d’œil. C’est con quand on y pense toutes les parcelles de son être son déjà éparpillées.   «  Garde ton kokoro si tu veux bien y’a une ribambelle de fille qui se feront un plaisir de s’en occuper à ma place » Vrai. Elles sont nombreuses celle qui voudrait être à sa place, entourée de ses garçons qui prennent soin d’elle. Et vl’a qu’on rentre maintenant dans les marques d’affection physique. Elle fait mine de grimacer, mais accepte quand même son étreinte. C’est con, mais ça fait du bien de sentir qu’il est vraiment là. Elle rit. Une semaine de merde avec son père. Elle se demande bien à quoi ça peut ressembler. Peut-être qu’elle devrait lui donner sa définition de la merde où une semaine au paradis avec son oncle. Un stage pour que ce blond décoloré qu’elle aime pourtant comprenne ce que c’est vraiment que la merde.  «  Je te plains vraiment ta vie est vraiment difficile » Y’a qu’à regarder son appartement pour le comprendre. La vie pendant 1 an. Parce que maintenant il faut lui faire un résumé.  « Non, mais t’avais qu’à être là ouais » elle jette un œil sur le mur et sur tous les mots qui l’orne. En 1 an un certain nombre de choses sont arrivées, mais rien qui vaille vraiment la peine d’être raconté. Elle est toujours la même fille insomniaque qui vit la nuit et dors le jour, vie la tête à l’envers en compagnie de ses petites pilules magiques. Le groupe lui a continué sa petite vie tant bien que mal.  «  C’est toi qui devrais avoir un tas de trucs à raconter » bah ouais après tout c’est lui qui a passé un an à l’étranger.
«Invité»
Invité
avatar
Mar 7 Juin - 17:11
Invité



There's no place like home
Il avait toujours eu beau réfléchir, Tatsuya ne savait pas lui-même pourquoi il avait recueilli Nao ce jour-là. Était-ce à cause de son regard qui semblait ne montrer aucune attente face au monde entier, ou bien son petit air désinvolte qui l'avait attiré, ou encore ce sentiment indescriptible qui lui disait qu'il était voué à faire de grandes choses avec elle et qu'elle était la pièce manquante pour que son rêve se réalise? Tout un tas de questionnements dont il ne parviendrait sans doute jamais à avoir les réponses. Mais, il s'en foutais complètement, il se remerciait seulement de l'avoir fait. Car Nao était sa petite princesse. Certes, ce petit surnom aurait de quoi en faire rire plus d'un, car Nao a bien plus l'image d'un vampire ou de la mystérieuse sorcière que celle de la demoiselle en détresse, mais Tatsuya adorait ce contraste. Il aimait cette image de fille forte et pleine d'assurance qui au fond en manquait complètement. Alors, comme à son habitude il en faisait qu'à sa tête et attribuait tout un tas de surnoms à Nao, alors que cette dernière déteste ça. Mais que voulez-vous, Tatsuya adore crier son affection sur tous les toits et hélas pour Nao, elle n'en serait jamais épargnée. Nao c'est sa princesse, sa protégée, celle dont il se sent responsable, car après tout il l'a un peu forcée à le suivre sans trop lui demander son avis. Mais, ce qu'il veut surtout lui offrir, c'est ce sentiment d'appartenance dont elle a toujours eu l'air de cruellement manquer, il veut lui prouver qu'il est et qu'il sera toujours avec le groupe, ce qu'elle pourra appeler « ma famille ». C'est plus fort que lui, il veut la protéger et lui permettre de s'ouvrir un peu plus au monde pour qu'elle découvre enfin que ce dernier n'est pas fait que de déceptions et de tristesse. Alors, il travaille d'arrache-pied depuis le premier jour pour s'assurer de remplir la mission qu'il s'est fixée, non sans l'aide précieuse des autres membres qui adorent Nao presque autant que lui. Car ouais, Tatsuya restera le premier pour toujours et ouais les gars ! C'est donc le cœur rempli de joie qu'il avait reposé les pieds au Japon prêt à reprendre sa place de number one dans le cœur de sa princesse, car il se doute bien que les autres lui ont sorti le grand jeu. Mais, au vu du visage de Nao face à son retour surprise, il semblerait qu'il n'avait pas trop de quoi s'inquiéter à ce sujet-là, de quoi le faire sourire encore un peu plus. Il vit rapidement que sa petite comparaison de la mission humanitaire fit mouche «  Me comparer à une mission humanitaire, charmant vraiment » ne voulant surtout pas qu'elle se froisse pour une petite blague de rien du tout, Tatsuya se rapprocha de Nao et commença à agir de manière mignonne « Nao-kun si tu préfères, j'ai plein de comparaisons bien plus mignonnes, du genre » il commença à prendre une voix haut perchée et fit des gestes complètement exagérés « Nao … tu es comme la pluie sur mon désert , la chantilly sur mes fraises- » il se stoppa, car il sentait déjà la réplique cinglante de Nao arriver. Tatsuya adorait agir comme un gamin avec Nao, c'est simple c'était plus fort que lui. En même temps, il y avait deux options : le gamin relou à souhait qui n'arrête pas d'agir en mode cute pour la saouler ou bien le comportement du père complètement gaga de sa fille, heureux face à tous ses gestes et ce même les plus anodins. Que voulez-vous quand Tatusya fait quelque chose il n'y va jamais avec le dos de la cuillère.   «  Garde ton kokoro si tu veux bien y'a une ribambelle de fille qui se feront un plaisir de s'en occuper à ma place » Il rigola face à sa réplique. Elle n'avait pas tout à fait tort. Il ne savait que trop bien à quel point la place de Nao était jalousé par plusieurs fans. En même temps, elle était entourée de bg cette petite mine de rien. Mais, ce soir il ne voulait pas d'autre fille, il voulait juste enfin fêter ses retrouvailles avec sa Nao. « Comment tu es trop froide je suis choqué ! Elle est passée où ma Nao toute mignonne ?» il prononça ses paroles avec une mine faussement offusquée avant d'ajouter « Sois heureuse ma chère, je ne veux que de toi ce soir ! ♥ ». Bien sûr, il ne disait pas cela dans le sens où il voulait la mettre dans son lit, c'était juste sa manière à lui de lui dire qu'elle était sa seule préoccupation de la soirée. Il l'a vit rigoler face à sa plainte de sa semaine qu'il qualifiait d'horrible avec son père «  Je te plains vraiment ta vie est vraiment difficile » il savait pertinemment qu'il ne pouvait pas réellement se plaindre de sa vie quand il la comparait avec celle de Nao. A côté, la sienne était semblable au paradis. Alors pour essayer de se rattraper, il misa sur l'humour. Il resserra son étreinte sur elle et se mit à pleurnicher comme un gamin « Tu as vu ça Nao, console-moi ! » il espérait au moins lui faire décrocher un petit sourire. Alors qu'il lui demandait des nouvelles sur tous les événements qui s'étaient passés pendant son absence il eut le droit à un vent phénoménal « Non, mais t'avais qu'à être là ouais » du Nao tout craché quoi. Il rigola avant de lui répliquer « Je rêve où tu es devenue un vrai glaçon depuis mon départ ?! » car mine de rien, ça faisait déjà deux vents. Il sortit encore sa mine de chien battu avant de dire « Si j'avais su, je serais d'abord aller voir Sho, lui au moins il m'aurait bien accueilli ! ». Il l'imaginait déjà les petits gâteaux à la main.  «  C'est toi qui devrais avoir un tas de trucs à raconter » Tatsuya décida,enfin,de lâcher Nao et s'allongea à ses côtés. Il fit mine de réfléchir aux événements qu'ils avaient vécus mais seulement ses nuits de folies avec Ayaka lui revenaient à l'esprit « J'ai pas grand-chose à te raconter hélas, à moins que tu aimes les trucs sales ! » Avec ça au moins, elle savait pertinemment sur quoi elle risquait de tomber si elle s'aventurait plus loin dans cette voie. Pour changer de sujet Tatsuya décida d'aborder celui qui occupait le plus son esprit depuis un an : le groupe « Dis-moi, comment vont ma femme et l'affreux ? » car mine de rien ils voulaient quand même avoir de leurs nouvelles avant de les revoir.  

© charney

«Invité»
Invité
avatar
Dim 24 Juil - 18:10
Invité
]
Tatsuya & Nao

i'm back babe




Elle n’était pas du genre à s’attacher. Aussi bien aux choses matérielles qu’aux êtres humains. Non elle n’était jamais que de passage, une étoile filante parmi les autres étoiles. Déjà partie avant même d’avoir laissé le temps aux gens de prendre goût de sa présence.  Une présence parfois bien dérangeante longtemps elle s’était amusée à mettre un sacré bordel autour d’elle à tout retourner sur son passage avant de mettre les voiles sans se retourner. Ne jamais resté oui mais être oublié ça non. Marquer les esprits d’une façon ou d’une autre. Etre intouchable mais pas invisible. Etre Nao. Un être qui se cherche sans cesse sans vraiment être certaine de se trouver.  En y réfléchissant bien elle n’a jamais vraiment su ce qu’elle pourrait bien faire de sa vie, ni même eu le moindre rêve si ce n’est que partir loin de celui qui a fait de sa vie un enfer.  Partir avait été presque trop facile une fois qu’elle avait eu l’âge de le faire. Les plans étaient tracés depuis un certain nombre d’années et elle ne le connaissait que trop bien pour savoir qu’il ne l’arrêterait pas si elle ne croisait pas son chemin. Mais l’après, elle n’y avait jamais pensé. Toute sa vie elle n’avait été que cette gamine perdue, celle qui vivait des trucs atroces, des trucs que tout le monde savaient mais que jamais personne n’a dénoncé. Naïvement elle pensait probablement que l’herbe serait plus verte ailleurs loin de cette ville qui n’avait jamais été que néfaste pour elle. Seulement voilà la réalité l’avait rattrapé bien plus vite qu’elle ne l’aurait pensé. Passé l’euphorie des premiers jours, la solitude s’était abattue sur elle et vite l’argent avait fini par manquer. Puis vient ce moment où les vielles habitues finissent toujours par nous rattraper, ce moment où l’on finit toujours par s’entourer des mauvaises personnes et c’est le même cercle sans fin qui continue, le même refrain sur ce même vieux disque rayé.  Elle plonge un instant son regard dans celui de Tatsu et se met à penser qu’elle ne mérite probablement pas son amitié et qu’il ne se doute pas de la personne qu’elle est. Non il ne sait pas que d’une façon ou d’une autre elle finira par lui faire du mal comme elle le fait toujours.  Elle aurait d’ailleurs pu le faire mais pour une raison qui lui échappe presque elle est encore là dans cet appartement un an après. Peut-être n’a-t-elle simplement pas encore fait son temps ou peut-être se sent elle finalement à sa place. Elle grimace elle déteste presque le fait que ces petites attentions débiles lui donnent envie d’afficher une sourire niais qui ne lui ressemble pas. Seulement Tatsuya est probablement la première personne sur cette planète qui a vu en elle quelque chose de plus, quelque chose qu’elle-même n’a jamais été capable de percevoir. C’est lui le premier qui lui a fait confiance, qui lui a trouvé du talent et qui lui a permis de l’exprimer. Plus qu’un compagnon de route, un colocataire ou un ami Tatsu est en quelque sorte la famille que Nao n’a jamais eue. Ce petit frère qu’elle n’a jamais désiré avoir, ce mec qui ne lui ressemble pas mais qui l’a rend meilleure. Un meilleur qui pourtant la fait flipper parce que selon elle toutes les belles histoires ne sont que des fantaisies. « Je suis aussi comme la main qui va s’étaler sur ta joue si tu continues avec tes conneries » Voilà une marque d’affection telle que Nao est capable de les donner. Toujours d’une grande sobriété, le genre de petite attention qui donne vraiment aux gens l’impression qu’ils sont spéciaux. Elle rit de façon presque sarcastique. Où est passé la petite Nao toute mignonne ? Elle est probablement morte le jour où son oncle à pour la première fois poser ses mains sur elle. Mais lâcher ça comme ça le jour de retrouvaille ne semble pas vraiment approprié et ce n’est de toute façon pas le genre d’événement sur lesquelles elle s’étale. Ici, rien ni personne ne sait quelque chose de sa vie d’avant. Elle se doute bien que les membres du groupe se pose un certains nombres de questions et que leurs fantaisies va a tout va mais elle a décidé de ne jamais en parler. Elle préfère de loin passer pour une folle que d’attirer la pitié d’autrui. Ouais plutôt crever que de sentir des regards pleins de compassion se poser sur elle. « T’as Nao mignonne ? Tu as dû l’imaginer en fumant des joints indiens »  elle ne put s’empêcher de lui mettre une petite pichenette alors qu’il lui disait ne vouloir qu’elle ce soir. Non pas qu’elle n’était pas flattée ou quelque chose du genre mais elle apprécié toujours le fait d’être l’une des seules femmes de cette planète qui le remettait à sa place «  J’suis pas une de tes poupées que tu peux baiser librement pour un soir, je sais pas mais faut remettre les choses en ordre après un an. » Bien sûr tout ça se voulait avant tout ironique. L’un comme l’autre savait pertinnement qu’entre eux ce n’était rien d’autre que de l’amitié, une relation frère/sœur d’où les petites piques qui fusent à droit et à gauche. Elle ne pouvait jamais s’empêcher d’adopter une mine blasée lorsqu’il lui demandait de le consoler ou de le plaindre. Franchement Tatsuya était probablement l’un des mecs les plus chanceux que la planète n’est jamais créer. Celui qui a dit que l’argent ne fait pas le bonheur est un sacré con. Entre nous Nao préfère mille fois avoir les petites crises existentielles de Tatsu qui lui tombe sur la gueule que tout ce qu’elle a pu traverser.  Elle avait fini par rire. «  Parce que j’en était déjà pas un avant ? » Ouais elle était bien du genre à adopter le style Ice Princess avec le princess en moins. La plupart des gens trouvait ça carrément dérangeant étant donné qu’elle se plaisait dans un certain mutisme mais Tatsu lui trouvait ça mignon. Quand on vous dit que le garçon a des soucis c’est pas pour rire. « Oui y’a que Sho qui t’aime on sait » Pas tout à fait faux. Même si Nao aimait mettre ça sur le compte des nombreuses années qu’ils ont passés ensembles à force, Sho avait bien apprit à devancer les moindres petits désirs de son cher Tatsu. Parfois c’était même carrément flippant en tout cas aux yeux de Nao qui n’avait jamais compris grand-chose aux relations humaines. « Putain même à l’autre bout de la terre tu restes dégueulasse alors ? » Elle avait lâché ça avec un calme presque déconcertant. Sa femme , comme d’habitude était fidèle à elle-même tout comme Takumi d’ailleurs. Et étrangement l’un comme l’autre attendez le retour de Tatsu impatiamment ils avaient simplement d’autre façons de le montrer l’un et l’autre. «  Sho tu dois bien savoir comment il va je serais surprise que tu n’es pas réussi à avoir de ses nouvelles d’une façon ou d’une autre et tu connais Takumi. On a écrit ensemble faudrait qu’on te montres » ouais il n’avait pas était complétement inactif pendant le départ de monsieur le leader.
«Contenu sponsorisé»
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMOJIS & CIE  :: anciens rp-
Sauter vers: