::  :: shinjuku Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

let it burn (ichirio)

avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 170
pseudo : oska, judas, savage princess
avatar + © : Joy
ice and fire (ava) ; crack in time (sign) ; solsken (icone)
emploi/études : seiyu & bairmaid

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Jan - 23:03


let me it burn
featuring. ichiro + tenue


On ne peut pourtant pas dire que Rio soit particulièrement maladroite. Si la jeune femme possède tout un panel de caractéristiques qui pourrait faire d’elle la parfaite héroïne d’un shojo manga qui se passerait au lycée, la maladresse n’en fait pas parti. Ce qui ne l’empêche pas de commencer sa soirée à attendre dans une salle d’examen. Elle a trop honte d’elle pour y penser. Elle revoit cette scène ridicule où elle tombe de tout son long une casserole remplie d’eau bouillante dans les mains. Une humiliation cuisante pour la pauvre Rio qui en plus de se trouver particulièrement ridicule souffre pas mal.

Elle ne voulait pas aller à l’hôpital mais l’amie chez qui elle devait passer la soirée a insisté. Il est vrai que malgré les vêtements qu’elle portait, sa peau la tiraille de la naissance de ses seins jusqu’à mi-cuisse. Si ça ne tenait qu’à elle, elle se serait juste passé le corps sous l’eau froide pour faire passer et au pire aurait acheté un tube de Biafine à la pharmacie si ce n’était pas passé d’ici le lendemain. Persuadée qu’il n’y avait rien d’alarmant. Mais Junko habitant près d’un hôpital, la jeune femme a bien dû finir par céder. Il est vrai que le frottement des vêtements sur ses brûlures n’aura pas été une partie de plaisir. Et l’infirmière qui l’a vue n’a pas eu l’air très positive en voyant sa peau rougie et en apprenant que c’était comme ça sur la moitié de son corps. C’est comme ça que Rio se retrouve coincée dans une salle de consultation à attendre que quelqu’un vienne l’examiner. Ça l’agace un peu. Elle aimerait largement passer la soirée avec Junko comme prévu plutôt qu’ici.
Rio soupire quand l’infirmière quitte la pièce. Elle n’a pas osé lui demander si Ichiro était là. Bien-sûr qu’il est quelque part. Il a élu domicile ici depuis qu’ils ont passés la nuit ensemble. Enfin qu’ils ont dormis ensemble. Un sujet sensible. Alors qu’elle pensait avoir franchi un fosset voilà qu’une falaise les sépare à nouveau. C’est toujours la même chose. A chaque fois que leur relation semble faire des progrès, quelque chose vient toujours leur faire faire demi-tour. S’est un peu fatiguant à la longue. Rio en vient à se demander si c’est sa virginité qui pose problème. Elle a pourtant du mal à croire qu’Ichiro soit le genre d’homme à porter ce type de jugement. Elle ne sait plus quoi penser. Elle est frustrée. Ils se voient de moins en moins et lorsqu’ils passent un peu de temps ensemble, il semble établir une distance réglementaire entre eux. Elle baisse la tête, dépitée. Peut-être qu’elle posera la question à la personne qui viendra la soigner. Avec un peu de chance l’information arrivera jusqu’à Ichiro. Et l’inquiétude le fera peut-être sortir de son mutisme. Elle penche encore plus la tête. Le dos courbé. Qu’elle fille horrible. Voilà qu’elle se met à devenir calculatrice. L’amour est vraiment un sentiment vicié. Elle crèverait pour un peu d’attention. Rio découvre de nouvelles facettes de sa personnalité pour un peu d’amour. Et ça l’effraie un peu.

Elle relève mollement la tête quand un médecin fait son entrée. Ah. Son cerveau se met en veille l’espace de quelques secondes. « Ichiro. » parvient-elle à articuler. Pas un seul elle ne ce serait imaginée tomber sur lui. Cet hôpital est immense. « Ça fait longtemps. » elle sourit un peu. Presque maladroitement.

gabi le loup


« Just love »
Some people care too much. I think it's called love.
©crackintime
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 329
pseudo : cosima
avatar + © : park bogum (c) faust (ava) (c) astra (signa)
emploi/études : interne en chirurgie.

i've lost all hope of ever getting better


dry tears and broken heart

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Jan - 18:42


let me it burn
featuring. rio + blouse blanche


Dans un hôpital, les rumeurs courent vite. Il n’est jamais aisé de découvrir d’où elles commencent, ou encore comment les informations ont filtré, mais il suffit de quelques heures en général pour que n’importe quel fait sur une personne soit chuchoté à son passage dans un couloir. Ichiro n’est pas sûr à 100% que les gens puissent lire sur son visage qu’il est en couple, mais il a surpris à plus d’une fois une infirmière en train de raconter des choses sur lui. Avant, le bruit était qu’il séchait ses pleurs dans les poitrines du personnel, maintenant court celui qu’Ichiro a une nouvelle femme dans sa vie, et si le premier n’était qu’affabulations, le deuxième n’est que bien trop vrai. Plusieurs de ses collègues internes lui ont demandé, l’air de rien, s’il avait rencontré quelqu’un récemment, mais, professionnel comme à son habitude, Ichiro n’a rien répondu. Il est loin d’être le genre de personne à raconter sa vie privée aux personnes qui partagent un espace de travail ou une salle de classe : pour savoir qu’il était avec Anko, à l’époque, il fallait le lui arracher après des heures de torture. ça ne regarde personne, surtout pas des gens qui n’ont en aucun cas droit à cette information. Il ne comprend pas l’envie qui tord leurs entrailles, de savoir tout sur tout le monde, et d’en avoir leur avis. Et des avis, il est sûr qu’il y en a plein, dont les ressortissants muent selon le regard que l’on porte sur sa personne, sur sa vie.

Il s’en fiche. Autant le dire comme il est. Les racontards, ça lui passe par dessus la tête, et il regarde avec un mépris certain ceux qui perdent leur temps à les répandre. Qu’importe que ce soit vrai, ce n’est pas pour ça qu’il va se mettre à brandir son téléphone et à montrer la photo de RIo à chaque personne passant. C’est un peu plus délicat avec les patientes, mais il n’hésite pas à être ferme dans le fait que ça ne les regarde pas, la vie privée de leur médecin. Avec certaines, il a développé une telle relation qu’il soupçonne parfois qu’elles se font mal “exprès” ou qu’elles exagèrent certaines blessures pour avoir une consultation, sans penser une seconde que la raison pourrait être qu’il est assez charmant dans sa blouse blanche et qu’il a une certaine réputation à donner des frissons aux jeunes demoiselles. Le regard qu’il porte sur elles n’est aucunement inapproprié et cela ne lui traverse même pas l’esprit, surtout pas aujourd’hui, où tout est concentré sur le fait de ne pas trop penser à Rio. Son visage, son sourire, son rire, ses courbes se faufilent dans son esprit aux moments les plus impromptus, et il est de plus en plus difficile de les chasser, à mesure qu’il l’évite pour ne pas avoir à agir sur ses désirs. Il l’évite à la fois consciemment et non. Il a à travailler, un interne ça rentre rarement, mais la distance qu’il a tenté d’établir entre eux est assez évidente. Du moment qu’il ne touche pas, il ne fait rien de mal. C’est une idée débile qui fait des tours dans sa tête, même si elle ne veut pas dire grand chose.

“Passe moi le dossier, s’il te plait.” “Mais tout de suite chou, hm… Fujibe Rio, c’est ça ?” Ichiro ouvre l’oreille. Appuyé contre le bureau de la secrétaire à regarder des dossiers, il est surpris d’entendre le nom de la bouche d’un de ses collègues. Un dossier. Ils sont aux urgences, tous deux placés aux consultations. Un moment, il se fige, avant de se reprendre : S’il y avait quelque chose de grave, son dossier ne serait pas là, et le médecin n’en parlerait pas avec autant de désinvolture. Sans même demander la permission, il fauche le dossier des mains de son collègue. “Je la prends ! Tu n’as qu’à t’occuper de la chambre 6” déclare-t-il en lui posant le dossier correspondant dans les mains. Peut-être a-t-il mal entendu. Peut-être qu’à présent, il entend son nom là où il ne devrait pas être. Avec Rio, tout est possible.

Il rajuste le col de sa blouse et ses cheveux devant les rires de la secrétaire qui n’a pas l’habitude de le voir comme ça. “Tu te prépares pour un rendez vous galant ?” Il lève un sourcil, sans savoir où elle veut en arriver, et se dirige vers la salle. Il pousse la porte, pas de doute, son esprit ne lui a joué aucuns tours. Il ne répond pas à sa phrase et soupire en baissant le regard vers le dossier, où l’infirmière a pris quelques notes durant l’examination. Brûlures. “Qu’est-ce que tu t’es fait ?” demande-t-il un peu violemment. C’est sa manière à lui d’être inquiet, sûrement. Il pose la fiche sur le côté et s’approche d’elle. “Pourquoi tu n’as pas appelé ?” demande-t-il également, sans se départir d’un ton qui fait froid dans le dos. Il n’aime pas la voir là. Ses intestins sont noués. Elle n’a rien de grave, c’est sûr, mais tout de même. Il pourra relativiser toutes les blessures au monde, mais le fait que ce soit sur le corps de Rio le tend étrangement. Un soupir s’échappe de ses lèvres et il laisse son regard se balader. Repérant la peau rougie au niveau du haut de sa chemise, il écarte les deux pans sans s’en formaliser et soupire à nouveau, cette fois-ci en fronçant les sourcils. Tout entier pris par son inquiétude, et par le contexte de son travail, il a du mal à prendre autrement que pour normaux ces gestes. “Jusqu’à où ?” demande-t-il, en voyant que la trace descend là où sa chemise a les boutons soigneusement fermés.

gabi le loup



※ ※ ※ the road seems far and you may shed tears with a sad heart. but until the day everything becomes a memory
let's be each other's resting place
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 170
pseudo : oska, judas, savage princess
avatar + © : Joy
ice and fire (ava) ; crack in time (sign) ; solsken (icone)
emploi/études : seiyu & bairmaid

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Jan - 10:46


let me it burn
featuring. ichiro + tenue


Il n’a même pas encore ouvert la bouche qu’elle sait déjà qu’elle aurait préféré être examinée par quelqu’un d’autre. Le silence s’étire et avec lui ses entrailles fond de même. Les premiers mots qu’il lui dit pour la première fois depuis des jours sont froids, brutaux. Ils sonnent comme des reproches et bien vite Rio se sent comme une petite fille qui a fait une bêtise. Elle se tortille sur la table d’examen et serre ses doigts sur sa jupe. Il la met mal à l’aise. Bien plus que toutes les fois où ils ont eu des contacts plus ou moins intimes. Elle n’aime pas se sentir comme une enfant face à lui. Rio en perd toute sa crédibilité. Elle s’en moque d’être prise pour une gamine mais ave Ichiro c’est différent. Elle ne veut pas qu’il la voit comme une enfant. Il est à peine plus vieux qu’elle et pourtant elle a bien trop souvent l’impression d’être une petite fille quand elle est avec lui. Et elle s’en veut de ne pas être capable de se redresser. De se laisser bêtement guider dans cette voie. C’est dans sa nature de s’écraser face aux gens qu’elle aime. Même si la sensation pour elle n’est pas des plus agréables. « De l’eau bouillante. J’ai été maladroite. » Qu’elle dit du bout des lèvres. Un peu honteuse. Le ridicule de sa situation lui saute au visage de plein fouet. Ça ne lui arrive jamais et le soir où il faut qu’elle fasse la pire des bourdes, elle tombe sur Ichiro. « Je ne voulais pas aller à l’hôpital mon amie a insisté. » Si elle avait su, elle n’aurait pas cédé. Et des bandes froides auraient suffis.

Elle se tend lorsqu’il approche et qu’elle voit ses mains se diriger vers sa poitrine. Par réflexe enfantin elle ferme avec intensité ses yeux. Créant de petites rides sur son front. L’idée qu’il pose ses mains sur elle la rend fébrile. Ce n’est plus arrivé depuis cette fois sur son lit. Rio rouvre les yeux quand elle se rend compte qu’il ne fait que l’examiner. Evidemment. Elle se sent un peu honteuse d’avoir put avoir, l’espace de quelques secondes, des pensées déplacées. Il ose à peine poser ses mains sur une épaule alors impossible qu’il veuille soudainement lui sauter dessus. Encore moins dans l’hôpital où il travail. Son cœur bat avec une lenteur presque frustrante dans sa poitrine. Maintenant qu’elle a repris ses esprits et bien compris qu’il ne s’agissait que d’une simple consultation médicale. Qu’il n’est pas nécessaire de s’emballer pour si peu. Et pour Rio qui s’affole pour un rien c’est presque un exploit. Pourtant elle se sent perdante aujourd’hui. « Ici. » elle montre avec presque trop de détachement la moitié de sa cuisse encore dissimulée sous sa jupe. « De là à là. » En désignant du doigt le haut de sa poitrine puis sa jambe. Comme si elle montrait des mesures.

gabi le loup


« Just love »
Some people care too much. I think it's called love.
©crackintime
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 329
pseudo : cosima
avatar + © : park bogum (c) faust (ava) (c) astra (signa)
emploi/études : interne en chirurgie.

i've lost all hope of ever getting better


dry tears and broken heart

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Jan - 18:05


let me it burn
featuring. rio + blouse blanche
Il laisse ses doigts et son regard juger de la gravité de la blessure, à premier abord. Il l’entend parler, et ses sourcils se froncent un peu plus. “Tu veux dire que tu aurais laissé ça comme ça, si ton amie n’avait pas vu ?” De nouvelles remontrances, il les aime aussi peu qu’elles. Il ne peut pas empêcher son agacement, bien plus facile à exprimer que son inquiétude, reprendre le dessus. Il se retient de la gronder en lui disant qu’elle aurait pu faire attention : il sait bien que ça ne sert à rien. Ce qui est fait est fait. Au final, c’est tout ce qu’il a dit depuis qu’il est entré dans cette salle : pointé du doigt ce qu’il aurait aimé qu’il fasse différemment. Il pousse un soupir, et ferme les yeux un instant, avant de se reprendre. “Désolé.” murmure-t-il doucement, en référence à son comportement. Il lui est difficile de savoir quelle attitude adopter lorsqu’il est dans cet endroit. Mêler l’intime et le professionnel, ce qu’il ne fait jamais. Mais après tout, c’est lui qui l’a décidé : il a arraché un dossier qui n’était pas à lui. S’il n’avait pas été piqué par ce furieux sentiment de peur, elle aurait pu être soignée et serait rentrée à la maison. Elle lui aurait peut-être dit en passant, et il se serait inquiété deux secondes, ou.. En fait, il n’en sait rien. Peut-être lui aurait-il fait les mêmes remontrances. Niveau douceur, avec Ichiro, c’est assez aléatoire. Il s’en veut de la voir se rétracter comme une tortue dans sa coquille, face à lui.

Il finit par cesser de la toucher et replace un peu son col. Geste inutile, puisque pour continuer l’examen, elle devra se déshabiller. Il aurait pu déléguer la tâche à quelqu’un d’autre, mais l’idée que son collègue (qu’il sait plus pervers que jamais) puisse voir Rio en petite tenue fait bouillir son sang. “Il faut que je voie” finit-il par lâcher entre les dents, en se forçant à être un peu moins froid. Il avale sa salive. “Il faudrait que tu te mettes en sous vêtements” annonce Ichiro, qui n’avait pas pensé être amené à prononcer cette phrase dans ce genre d’endroit. La situation vient finalement le frapper et il s’éclaircit la voix, détourne le regard avec une gêne palpable. Il finit par s’éloigner d’elle pour lui donner de l’intimité pour se dévêtir et en profite pour plonger son regard dans le dossier pour y faire quelques notes. Il fait semblant, parce que tout ce qu’elle lui a déjà dit est déjà sur le papier, et se désespère de ce à quoi il est réduit. Ichiro ne sait même pas si c’est par gêne pour elle ou pour lui qu’il fait ça. Ou encore gêne pour Ame. Rio est sa copine. Il devrait sauter de joie de pouvoir la voir en sous vêtements, pas que ce soit son genre habituellement, mais c’est juste pour l’image. L’idée de la voir en petite tenue ne le laisse pas de marbre. L’idée qu’elle le regarde en train de la regarder en petite tenue est encore plus gênante. Et sûrement aurait-il préféré que ce ne soit pas dans les circonstances d’une consultation. Surtout pour la première fois.

Il laisse le regard fixé sur son papier. “C’est bon ? Tu es déshabillée ?” La peine avec laquelle il lâche ses mots lui donne pitié. “Ne stresse pas si, enfin…” Il plisse les yeux “Je m’en fiche si tu portes des sous vêtements Hello Kitty” Si on voulait une preuve de sa gêne, en voilà une. Qu’est-ce qui sort de sa bouche. Il attend sagement, ampli de honte face à la façon dont il est en train d’agir, alors même qu’il doit en faire des caisses pour rien du tout. “Je ne regarderai pas. Enfin si, je regarderai. Mais pas comme ça.” appuie-t-il. Il fait son mieux pour enlever la gêne de la situation mais a l’impression de se diriger dans la direction inverse.

gabi le loup



※ ※ ※ the road seems far and you may shed tears with a sad heart. but until the day everything becomes a memory
let's be each other's resting place
«Contenu sponsorisé»
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMOJIS & CIE  ::  :: shinjuku-
Sauter vers: