::  :: ailleurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

BABY DON'T WASTE MY TIME (KEISHI)

avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 518
pseudo : marley smith
avatar + © : giriboy ©️ marleysmith
âge du perso : 23
emploi/études : briseur de keur, nikeur de mère, tueur de caniche




MY VIBES
Girl wayne ton body
Montre-leur que t'as pas peur d'exciter tous les bandits
Wayne comme une vipère si t'as le savoir-faire
T'inquiète pas, y a pas de galère
Je le dirai ni à ton père ni à ta mère
Ondule comme un ver de terre
Jette-moi dans les yeux ton regard de panthère






KILLING ME SOFLTY

I promise baby it could be worse
I'm out here gettin' my money
Everyday sunny
Steez on flame
I know
Tellin' my chauffeur "Hurry up and wait"
Too, he be like
Too, time to hit that road
Zoom, you on your solo
While I'm takin' photos to post



Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Nov - 0:47





listen.

tu pars en couilles mec.
ton cœur, il bat trop fort, est-il lent ou trop rapide ? tu n'sais plus, t'es perdu, t'es dans le vide. t'as trop bu, trop fumé et trop avalé de pilules ce soir. tu ne pourrais pas citer un seul nom de tes consommations, c'est le trou noir.

au début, t'étais venu avec une bande de potes (larbins) et tu es ressorti seul. encore une soirée à te détruire, à te nuire. tu t'es cassé le nez à le poudrer et à te bourrer la gueule. le groupe, c'était pour te faire croire que tu étais accompagné, avec du monde alors qu'en réalité, t'étais et t'es toujours alone. des années que tu erres à tokyo avec ton air stone. tu n'vas pas aller bien loin. de toute manière, tu n'as nul part où aller. alors autant te défoncer à fumer des joints, car encore ce soir, tu seras toujours le même, ce petit enculé.

dehors, la rue te joue des tours. elle se cambre, fait des rotations, se rallonge et se raccourcit. tu veux la dépasser, donc tu cours. sauf, qu'elle ne se finit jamais, c'est la route de l'infini. tes poumons usés, eux te rattrapent dans la course pour te rappeler qu'ils sont cramés, alors please il est temps pour toi de t'arrêter. le souffle saccadé, l'estomac retourné, tu vomis sur la voiture à côté. tu vides tes tripes liquides, car tu n'as rien mangé depuis la veille. t'es dans un sale état mec, t'es appuyé contre la bagnole parce que te gagne (tout à coup) le sommeil. coup d'adrénaline, tes yeux ronds se figent quand un nom de traverse l'esprit: keishi. pourquoi toujours lui ? putain, tu devrais le buter une bonne fois pour toute, mais le prix de cet acte coûte. si tu le tues, alors tu te tueras juste après. déjà à moitié mort, sans lui, tu ne pourrais plus exister. si tu survis, c'est parce qu'il vit. tu t'arraches les cheveux parce que penser à lui est trop douloureux. pourquoi vous vous faites tant de mal ? pourquoi tu ne te tires pas une balle ? toute de suite... maintenant. la colère en toi te fait exploser, tu cris, hurles dans cette horrible rue. tu te lèves méchamment pour tourner en rond en tremblant. les nerfs te travaillent, te dominent, tout calme est perdu. rempli de rage, tu frappes dans la vitre de la voiture qui se met aussitôt à s'alarmer. par malchance (pour prolonger la situation merdique dans laquelle tu te trouves déjà), une patrouille de flics passe justement dans le quartier. t'es foutu, t'es embarqué.

(...)

tu passes la nuit en garde à vue avec tes vêtements qui sentent l'alcool à plein nez. ils t'ont autorisé à te laver les dents parce que le nom de famille fait trembler, alors il fallait un minimum te chouchouter.
tôt le lendemain matin, t'es autorisé à sortir parce que quelqu'un a payé ta caution. tu penses que c'est ton padre parce que c'est souvent lui qui répare quand tu fais le con. sauf que tu vois à la sortie de la prison... keishi. le cœur s'emballe, se tord et se multiplie de nœuds. huit mois que tu ne l'as pas vu, que tu ne l'as pas croisé ce morveux. pourquoi est-il venu aujourd'hui ? ce n'est clairement pas la bonne situation. de toute manière, il n'y a aucune bonne situation avec lui. tu voudrais l'ignorer, l'éviter comme tu l'as fait pendant une éternité. cependant, tu décides de lui faire face, enfin.

«j'te dois combien ?»
BABY DON'T WASTE MY TIME
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 128
pseudo : PBG
avatar + © : kwon ji yong +@marley bb
âge du perso : 27
emploi/études : CEO d'une agence d'Entertainment nommée SKCent (on y trouve des mannequins, des chanteurs et des acteurs, et une Seiyu))
RECHERCHES PRE-LIENS + FLAT



Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Nov - 1:41





listen.

Il devait couler de l'ambre dans les veines du déchu. Il oubliait presque déjà le goût de l'eau. Les glaçons cognaient la surface du verre, créant de petits clapotis à l'odeur piquante. Whisky, meilleur allié. Cela faisait bien quelques mois maintenant qu'il ne dormait presque plus. Qu'il sombrait dans le sommeil subitement à force de ne pas avoir de nuit normale. Morphée l'avait renié, ses rêves bien trop malsains pour qu'il les laisse pénétrer son monde. Parce qu'il rêvait de Lui. Devant la baie vitrée, cendrier plein, bouteilles vides. La journée l'esprit au travail, la nuit la mort dans l'âme. Encore et toujours cette blessure dans ses yeux noisette. Il se rappelait encore de cette soirée où il annonçait son départ, cette soirée où il fut rejeté une seconde fois. Et cette fois là fut bien plus douloureuse, non, elle était la seule raison de sa douleur. Le silence régnait, l'obscur s'imposait, parfois, une boule de poil venait se frotter aux jambes molles du fantôme. Un appel le sorti de son absence. Une connaissance à lui venait de lui affirmer que... son frère était incarcéré, et que le grand manitou ne comptait pas s'occuper de lui cette fois-ci. Tant mieux. Étrangement, il s'endormit à peine dix minutes plus tard.

...

Il était tôt, très tôt mais l'établissement qui retenait son frère allait bientôt ouvrir ses portes. Keishi attendait, faussement calme. Toujours l'allure stricte, toujours le visage figé, toujours le regard perçant et froid et pourtant, l'instant même où il croisa le regard de son frère, son système interne se dérégla. Bouffée de chaleur, il fallait tout cacher. Eiji puait et pourtant Keishi souhaitait se rapprocher encore et encore, pourtant, il ne bougeait pas. « Un tour en voiture. » Répondit-il sur le coup, inconsciemment, désespéramment sur un ton neutre, éteint. Il se tourna alors pour se diriger vers la caisse. Il s'installa du côté conducteur et une fois Eiji à l'intérieur, le brun fit en sorte de verrouiller l'ouverture des portières. Il ne démarrait pourtant pas, fouilla dans sa boîte à gant, s'approchant dangereusement du frangin par la même, pour en tirer un paquet de clope. Il s'en alluma une et donna le paquet au plus jeune. « T'es qu'un chieur. Donner des nouvelles c'est trop dur ? » Il n'avait trouvé rien d'autre pour démarrer la discussion. Juste entendre sa voix, voyager dans son monde à lui, c'était tout, et même si tout ce qu'il allait entendre n'était qu'insulte.
BABY DON'T WASTE MY TIME



#KeiCrew #KeiToJiShi

complementarity plan

Humans cannot create from nothingness, Humans cannot accomplish anything without holding on to something, Humans are not gods. ©️ signature by anaëlle.
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 518
pseudo : marley smith
avatar + © : giriboy ©️ marleysmith
âge du perso : 23
emploi/études : briseur de keur, nikeur de mère, tueur de caniche




MY VIBES
Girl wayne ton body
Montre-leur que t'as pas peur d'exciter tous les bandits
Wayne comme une vipère si t'as le savoir-faire
T'inquiète pas, y a pas de galère
Je le dirai ni à ton père ni à ta mère
Ondule comme un ver de terre
Jette-moi dans les yeux ton regard de panthère






KILLING ME SOFLTY

I promise baby it could be worse
I'm out here gettin' my money
Everyday sunny
Steez on flame
I know
Tellin' my chauffeur "Hurry up and wait"
Too, he be like
Too, time to hit that road
Zoom, you on your solo
While I'm takin' photos to post



Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Déc - 23:36





listen.

L'ignorance totale, la voilà votre grande amie et votre pire ennemie. Tu te doutais bien que nul rebondissement se fasse face à ta question de la part de Keishi. Il évite le sujet pour en impliquer un autre, plus tard. Évident et énervant, ça te démange de lui dire : connard.
Salopard, pourquoi me fais-tu autant souffrir ?
Salopard, pourquoi te voir me donne envie de sourire ?
SALOPARD, VEUX-TU ME VOIR MOURIR ?


Il monte dans sa bagnole comme si rien ne s'est passé, après t'avoir proposé de le rejoindre à ses côtés. Tu arrêtes deux secondes d'être un enculé, un gosse gâté et tu t'assois place passager. Le silence qui pourtant s'attarde seulement quelques secondes te semble durer une éternité, tu t'enterres dans ta tombe. Puis, le coup fatal. Le coup qui te fait de plus mal. Il s'approche de toi, trop vite. Tu n'étais pas préparé. L'odeur de son parfum vient caresser ton nez. Merde, ton cœur vient encore de te lâcher. Tes yeux se ferment. C'est plus fort que toi, le désir convulsif germe. Un bruit te ramène et ton cœur redevient terne. Tu arrêtes deux secondes d'être un enculé, un gosse gâté et tu t'assois place passager. Machinalement, tu prends ton briquet retrouvé à ta sortie de taule pour cramer ta clope, puis celle de ton frère évidemment puisque les malentendus n'effacent pas les habitudes et puisque pour votre relation il n'y a aucun antidote.

« Tu n'devrais pas t'aventurer sur cette discussion. »

Forcément, il doit revenir sur cette histoire, celle qui t'a empêché de trouver le sommeil tous les soirs. Celle qui t'a fait te déchirer la gueule, te défoncer le nez, faire crever un peu plus le casse-gueule et te faire perdre toute lucidité à chaque jour passé.

« Amène-moi quelque part, où j'peux prendre une douche. »

Ouais, t'es un con. Tu penses déjà à ce que tu vas lui balancer bientôt et ce n'est clairement pas réglo.
Mais, pour l'instant, tu profites de sa présence qui a été absente longtemps, trop longtemps à ton goût.
Tu ne peux t'en prendre qu'à toi parce que tu as été encore à côté de la plaque, monsieur susceptible, la sensibilité à fleur de peau.
Face à ce manque éprouvé, tu es resté planté et t'as rouillé petit clou.
Devant ton ciel gris (et le sien aussi), tu rêves parfois qu'un rayon de soleil le rende plus beau.
BABY DON'T WASTE MY TIME
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 128
pseudo : PBG
avatar + © : kwon ji yong +@marley bb
âge du perso : 27
emploi/études : CEO d'une agence d'Entertainment nommée SKCent (on y trouve des mannequins, des chanteurs et des acteurs, et une Seiyu))
RECHERCHES PRE-LIENS + FLAT



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Déc - 0:17





listen.

Lequel suivait réellement l'autre ? Lequel menait l'autre ? Ils semblaient tous deux s'accrocher, les mains liées involontairement, l'esprit en rejet, le cœur en émoi. Ils étaient là, dans cette cage mobile arrêtée, tous deux prisonniers. Keishi refusait la libération, parce qu'ici, il subissait la paisible douleur de ce sentiment qu'il ne voulait nommer, mais dont on connaissait tous le nom. Il fit ouvrir la fenêtre, observant ces filaments de fumées s'envoler à travers le ciel, s'échapper de cette geôle oppressante, qui ne faisait du bien qu'au masochiste qu'il était. Le brun repensait à ce moment, juste avant, cela avait été si instinctif... S'approcher d'Eiji, utiliser la boîte à gant inconsciemment comme moyen de le toucher. Le toucher... Il ferma les yeux un moment avant de se remettre, parce qu'il le fallait bien. Vint le temps selon lui de poser les questions, mais Eiji ne se trouvait visiblement pas sur la même temporalité que lui. La réponse du dernier agaça l'aîné, le visage robotique et fermé. « Au point où j'en suis. » Répondit-il d'un ton sec et las. Mais il n'en ajouta pas plus. Pour le moment, sa simple présence lui suffisait et le tiendrait dans son piège métallique le temps qu'il faudrait, le temps qu'il se remplisse de son odeur, qu'il fasse le plein des foudroiements ornant ses pupilles noisettes, qu'importe leur dureté.

Eiji lui ordonna de l'emmener vers un endroit où se laver. La main se mut sur le contact, le tourna, les pieds jouèrent sur les pédales, le mobile démarra et avança. Machinalement, sans faire plus attention que cela, les limites de vitesse oubliées, le chemin se traça seul et la voiture le suivi sans attention aucune. Ils arrivèrent devant l'immeuble prestigieux qui abritait son appartement. Il se gara dans le parking privé et sorti directement de la voiture, jetant un énième mégot à terre – ne sachant même plus combien il avait consumé de ces conneries durant ce trajet trop silencieux. Ils prirent l'ascenseur à la lumière tamisée, plus luxuriant qu'une machine lambda, petite musique de fond qu'importe l'heure. Enfin, arrivés dans l'appartement, l'homme éclaira son domaine épuré, pas par soucis de décoration zen, mais par démotivation. A quoi servait de décorer un endroit dans lequel on ne se sentait pas chez soi ? Et avait-il réellement envie de l'appeler sa maison, cet endroit ? Il y dormait juste, il y mangeait et y laissait régner son chat tel un Empereur plein de vigueur. Quasiment pas de nourriture, des tas de bouteilles vides, encore plus de remplies, cela lui suffisait. Keishi se déchaussa. « Au bout du couloir à droite. » Lui se dirigea directement vers sa précieuse eau épicée, son or liquide, son opium ambrée. Il s'en servit un verre et le but délicatement, comme il le faisait depuis longtemps. Il ne savourait pas, plus, trop commun pour apprécier réellement, trop habitué. Après son verre, il se dirigea dans sa chambre, y saisit quelques vêtements de change et s'avança vers la salle de bain où il entra sans toquer. Il ne regarda pas, il ne voulait pas s'hypnotiser, il ne voulait pas faiblir. Il balança juste au sol. « Remet pas du sale. » Il ne partait pourtant pas.

BABY DON'T WASTE MY TIME



#KeiCrew #KeiToJiShi

complementarity plan

Humans cannot create from nothingness, Humans cannot accomplish anything without holding on to something, Humans are not gods. ©️ signature by anaëlle.
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 518
pseudo : marley smith
avatar + © : giriboy ©️ marleysmith
âge du perso : 23
emploi/études : briseur de keur, nikeur de mère, tueur de caniche




MY VIBES
Girl wayne ton body
Montre-leur que t'as pas peur d'exciter tous les bandits
Wayne comme une vipère si t'as le savoir-faire
T'inquiète pas, y a pas de galère
Je le dirai ni à ton père ni à ta mère
Ondule comme un ver de terre
Jette-moi dans les yeux ton regard de panthère






KILLING ME SOFLTY

I promise baby it could be worse
I'm out here gettin' my money
Everyday sunny
Steez on flame
I know
Tellin' my chauffeur "Hurry up and wait"
Too, he be like
Too, time to hit that road
Zoom, you on your solo
While I'm takin' photos to post



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Déc - 3:14





listen.

Tu n'sais pas ce qu'il se trame pendant le trajet, il te semble étranger alors que les environs, tu les connais. Dans ta tête, se répètent ces quelques mots : "Au point où j'en suis.".
Où en est-tu Keishi ? À quel stade en est ta vie ? Vois-tu, parce que la mienne est déchirée, sais-tu pourquoi ? Pourquoi j'ose t'aimer. Connais-tu la raison ? C'est toi mon frère, on joue aux cons.
Tout comme ces pensées qui te consume, ta cigarette terminée s'envole en laissant sur tes lèvres un goût d'amertume. C'est un échec entre vous, vos sentiments sont un sujet tabou. Ne pas en parler, est-ce pour mieux se porter ? Pour mieux supporter vos vies brisées et faussement maquillées par un emploi du temps trop chargé ?
Vous vous êtes perdus sur le chemin. Est-il possible de revenir en arrière, savoir quel pas était en trop ? Qui a été trop crétin ? Est-ce que vous avez vraiment envie de réécrire l'histoire pour éviter ce chaos ?
L'histoire ne se réécrit pas, elle continue d'avancer, elle parcourt plusieurs étages comme cet ascenseur dans lequel vous êtes. Elle est douce comme l'arrêt de la machine, agaçante comme la musique d'attente et difficile comme la tension ressentie entre toi et Keishi.

Dès que tu pénètres dans la demeure de ton aîné, tes yeux curieux regardent chaque objet, chaque recoin, chaque chose qui lui appartient. L'état des lieux ressemble à ta chambre, celle de la villa des Sato. Les circonstances sont telles que même si depuis des mois, tu n'as pas gardé contact avec lui, tu penses comprendre l'état dans lequel s'enfermait ton frangin... trop ressemblant au tien.
Stoppe le drama, tu reviens à toi. Tu vas au bout du couloir à droite, à la salle de bain. Tu te déshabilles pour choisir d'entrer dans la douche. Tes fringues sales traînent près du lavabo. Quelques taches de sang dessus, ils seront irrécupérables... Tout comme toi.

L'eau bien chaude te brûle la peau. Tu grimaces parce que t'as encore mal au poing à cause de tes conneries plus tôt. Tu trifouilles les croûtes de sang. Et voilà qu'encore un coup, ça coule doucement. Ferme les yeux petit junkie et espère que la douleur s'affaiblit. Sauf que t'es pris de vertige parce que tu n'as rien bouffé depuis des jours. Ton corps abattu perd l'équilibre et tu t'effondres contre les parois de la douche. Et à ce moment, un seul mot sort faiblement de ta bouche :

« K..Keishi... »

BABY DON'T WASTE MY TIME




le guerrier sheitan des sailor moon:
 
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 128
pseudo : PBG
avatar + © : kwon ji yong +@marley bb
âge du perso : 27
emploi/études : CEO d'une agence d'Entertainment nommée SKCent (on y trouve des mannequins, des chanteurs et des acteurs, et une Seiyu))
RECHERCHES PRE-LIENS + FLAT



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Déc - 13:22





listen.

Le regard fuyard, lâche, à jamais peureux de cette vision enchanteresse qu’il pourrait voir. Encore, Keishi se trouvait angoissé, anxieux de se retrouver piégé par le charme onirique qu’émanait d’Eiji. Longtemps, il avait dénigré cette réalité tumultueuse, désormais il la chérissait parce qu’elle lui permettait de garder pieds. Son seul rêve était sa petite flasque de liquide chaud. S’il s’engouffrait dans Eiji, comment pourrait-il même essayer de le sauver ? Sombrer à deux n’était pas permis. Keishi coulerait seul pour donner surface à son frère. Du moins, il se sentait de se donner ce rôle sacrifié. Il baissait les yeux. Ce n’était plus la honte qui l’accablait, mais le désarroi, la colère, le chagrin. Pourquoi n’avaient-ils pas droit ? Pourquoi eux, famille de malfrats, s’entêtaient subitement à respecter la morale ? Ne pouvaient-ils pas être irrespectueux jusqu’à la fin ?

Un bruit mou retint son attention. Son cœur rata un battement. Le tableau qu’on lui montrait était pitoyable, pathétique et c’était là tout son charme. Le rouge, finement, concurrençait le transparent. C’est quand il entendit son prénom, faiblement prononcé, un prénom cassé même dans la bouche de son frère, un prénom sans valeur aucun, qu’il paniqua. Mais Eiji, à quoi jouais-tu ? Tu n’avais pas le droit, jamais, de disparaître, de souffrir… Sans plus attendre, l’aîné fondit sous la douche, qu’importe les vêtements, qu’importe la température, qu’importe tout. Tremblant, il attrapa le corps tout aussi frêle que le sien, glissant, et le tira hors de la cabine pour le poser sur le large tapis de la pièce. Il se hâta d’attraper une grande serviette pour qu’il se réchauffe avec. « Attends… » Rapidement, il se dirigea vers la cuisine où il fouilla avec fracas dans ses placards pour y trouver quelque chose à manger. Mais rien ! Alors toujours aussi paniqué, il saisit simplement un paquet de sucre en morceaux qu’il se hâta de ramener dans la salle de bain. Il s’agenouilla aux côtés de son frère, lui ouvrit la bouche et y engouffra un de ces morceaux, ses doigts lents comme la douce neige tombante, restèrent en moment coincés contre les lèvres malmenés de son frère, appréciant leur rudesse… Hypnotique. « Ça te donnera de l’énergie. » déclara-t-il avant de retirer sa main trop entreprenante. Il fouilla encore une fois pour trouver des compresses, sans rien d’autre… Il se rendit encore une fois au salon pour s’armer d’une bouteille de whisky, marque prestigieuse, et en imbiba une fois de retour le tissu qu’il compressa contre les plaies de son petit frère. En même temps, il s’assurait que le plus jeune continue de se gaver… « C’est pas bon ce que tu fais… » Mais qui était-il pour parler ainsi ? « Eiji… » Il se retint, se ravisa, toujours aussi lâche. « Dis-moi si tu veux que je commande quelque chose pour que tu manges. » Dévier la conversation, comme d’habitude… Et entre-temps, il en avait oublié l’état désastreux de ses vêtements et de ses cheveux qui collaient à sa peau, qu’importe, s’oublier soi-même c’était le plus simple.
BABY DON'T WASTE MY TIME



#KeiCrew #KeiToJiShi

complementarity plan

Humans cannot create from nothingness, Humans cannot accomplish anything without holding on to something, Humans are not gods. ©️ signature by anaëlle.
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 518
pseudo : marley smith
avatar + © : giriboy ©️ marleysmith
âge du perso : 23
emploi/études : briseur de keur, nikeur de mère, tueur de caniche




MY VIBES
Girl wayne ton body
Montre-leur que t'as pas peur d'exciter tous les bandits
Wayne comme une vipère si t'as le savoir-faire
T'inquiète pas, y a pas de galère
Je le dirai ni à ton père ni à ta mère
Ondule comme un ver de terre
Jette-moi dans les yeux ton regard de panthère






KILLING ME SOFLTY

I promise baby it could be worse
I'm out here gettin' my money
Everyday sunny
Steez on flame
I know
Tellin' my chauffeur "Hurry up and wait"
Too, he be like
Too, time to hit that road
Zoom, you on your solo
While I'm takin' photos to post



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Déc - 17:20





listen.

Tu perds presque conscience, tu te sens faible et inapte à contrôler tous tes sens. Ta vision se trouble, ton ouïe s'affaiblit, ton touché est moins prononcé. Tu sens tout de même quand ton frère te traîne à l'extérieur de la douche et sa voix qui te dit qu'il est en train de s'inquiéter. Les yeux toujours fermés, t'es allongé sur le tapis, le corps dénudé. Tu l'entends légèrement parcourir promptement les lieux de son appartement. Il t'apporte quelque chose de sucré que tu t'efforces à croquer et à avaler. Ton frère te parle, tu te concentres difficilement sur ces paroles qui dans ta tête se mettent à raisonner. Il te manque un truc pour te remettre sur pied.

« Dans ma poche... un sachet. Prends-le pour moi s'il te plaît. »

C'est de la poudre blanche, de la cocaïne qui se cache tout le temps dans une de tes poches bien cachée. Tu sais l'effet que cette drogue aura sur toi parce que ce n'est pas la première fois que tu es dans cet état. Il te faut un coup de pouce et après, tu pourras te réveiller.

« Il me le faut, fais-moi confiance. »

Tu te sens obligé de le rajouter, car tu sais que ton frère resterait buté de t'en donner.                                                                                                                                                                                                        

Spoiler:
 
BABY DON'T WASTE MY TIME




le guerrier sheitan des sailor moon:
 
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 128
pseudo : PBG
avatar + © : kwon ji yong +@marley bb
âge du perso : 27
emploi/études : CEO d'une agence d'Entertainment nommée SKCent (on y trouve des mannequins, des chanteurs et des acteurs, et une Seiyu))
RECHERCHES PRE-LIENS + FLAT



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Déc - 18:11





listen.

Le corps de plus jeune s’alourdissait, l’effroi prenait en siège le cœur de l’aîné. Il avait l’impression de voir la mort prendre possession du corps de son frère, sa peau blême, livide, ses lèvres bleues, son regard presque terne, sa voix presque éteinte, son souffle évincé. Keishi expérimentait la mort à ce moment même, son petit frère était-il réellement encore vivant ? Depuis combien de temps se traînait-il ainsi ? Son corps ne tenait plus, affaibli par ce mauvais traitement constant. Le plus vieux ne le sauvait pas. Il avait ce sentiment d’être celui qui creusait la terre, celui qui saupoudrait de vers… Il l’avait souillé, son âme déviante dévorait sa force. Keishi, tu n’aurais pas dû naître. Sa voix ne s’élevait que pour s’éclater contre le vide, la conscience d’Eiji semblait déjà trop lutter pour rester lucide. Néanmoins, il eut une réponse, et pas celle qu’il attendait. Il se doutait bien ce que contenait ce sachet. A contre cœur, il fouilla dans les poches du jean de son frère pour y dénicher ce sachet plein de saleté blanche, saleté qu’il avait lui-même pu consommer durant sa jeunesse d’antan. Il avait à peu près réussi à décrocher, bien que la tentation parfois revenait, il réussissait toujours à en sortir victorieux – pas comme avec ce satané whisky, devenu le sang de ses veines. Il le gardait en main, celle-ci, trop désireuse de le jeter hors de la pièce, hors du monde même. C’était de faute à elle aussi, à cette poudre, si son frère, si autant d’âmes tristes se déchiraient. Eiji insistait, Keishi cédait. « Débrouille-toi alors. » déclara-t-il sèchement, contre sa volonté propre. Il lui en voulait, puérilement, d’être bien plus accroc à cette connerie qu’à lui-même. Trop de pensées contradictoires, trop de réflexions douloureuses, foutue morale à la con. L’homme aurait dû rester animal, rien n’aurait été aussi simple…

Keishi se recula très légèrement afin de s’installer plus confortablement. Il l’observait faire son petit rituel dément, laisser cet aspirateur vital rentrer dans son corps, le regard aussi terne qu’un cadavre. Ses joues rosirent lorsqu’il se rendit compte de la nudité évidente d’Eiji, mais le brun mit toute la faute sur ses vêtements mouillés et froids qui devaient sans doute le rendre fiévreux. Encore une fois, la jalousie le prit aux tripes, faisant bouillir sa bile, il serra les poings. C’était lui le vecteur d’extase, pas cette merde avalable. L’état de transe, pourquoi il n’en était pas l’instigateur ? Jaloux d’une putain de poudre, mais quel déviant. Keishi le fou, Keishi l’immoral, ton âme finira aux enfers, tourmentée sans rédemption, elle ne le mérite pas. « Et maintenant ? » ajouta-t-il, l’impression qu’un morceau de son cœur s’échappait d’entre ses lèvres pour s’éclater telle une giclée de vomissure à même le sol. Rejet ou volonté d’attirer ? Lui-même n’était sûre de rien. Mais si Eiji pouvait ramasser cette bouillie et l’incorporer à son être, sans doute que Keishi se sentirait mieux.
BABY DON'T WASTE MY TIME



#KeiCrew #KeiToJiShi

complementarity plan

Humans cannot create from nothingness, Humans cannot accomplish anything without holding on to something, Humans are not gods. ©️ signature by anaëlle.
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 518
pseudo : marley smith
avatar + © : giriboy ©️ marleysmith
âge du perso : 23
emploi/études : briseur de keur, nikeur de mère, tueur de caniche




MY VIBES
Girl wayne ton body
Montre-leur que t'as pas peur d'exciter tous les bandits
Wayne comme une vipère si t'as le savoir-faire
T'inquiète pas, y a pas de galère
Je le dirai ni à ton père ni à ta mère
Ondule comme un ver de terre
Jette-moi dans les yeux ton regard de panthère






KILLING ME SOFLTY

I promise baby it could be worse
I'm out here gettin' my money
Everyday sunny
Steez on flame
I know
Tellin' my chauffeur "Hurry up and wait"
Too, he be like
Too, time to hit that road
Zoom, you on your solo
While I'm takin' photos to post



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Déc - 22:09





listen.

Tu y pensais trop fort à cette poudre blanche qui viendrait t'éclater le cerveau et te remettre d'aplomb pour te faire revenir parmi les vivants, toi le mort-vivant. Juste un petit sniffe, une ligne poudreuse comme la neige qui a la propriété de te faire planer et d'avancer dans ce monde qui te fait gerber. Tu avances ou plutôt, tu te traînes périlleusement, les poches saturées de billets et le cœur éraflé. Tout le monde sait que t'es une âme perdue, errante dans ton monde fait d'or et d'argent. Les journaux parlent de toi comme un microbe choyé par papa et maman, qui provoque que désastre et qui ne cesse d'avoir une influence fatale sur tout ce qui l'entoure.
Et s'ils disaient la vérité ? Ne serais-tu pas tout simplement un parasite de cette société ?
Ta réponse : tu les emmerdes !
Tous !
Tu as en horreur cette société, ce monde dans lequel tu es né. Tu n'as pas décidé de ton existence, mais tu as le choix au moins du comment tu vas crever. Alors tu t'en balances des "on dit" et des "on pense". Tu ne fais pas ce qu'il te paraît être bien, tu fais ce que tu as envie sur le moment parce que tu réfléchis comme si tu étais maître de ton destin.

Dès que tu as le sachet entre les mains, tu tires ton corps pesant près du carrelage pour y tracer une petite ligne. Petite ligne pour l'attendrir, mais quand on s'y connaît un minimum, on saurait à la longueur de celle-ci que tu n'es pas un débutant. Sa grandeur en dit long sur toi et la drogue. Vous en avez passé des heures ensemble, vous en avez traversé des galaxies l'un dans l'autre. Vous êtes tellement collés que t'as du mal à t'en décrocher.      

L'extase, tu la sens venir. Petit à petit, ton corps revient à la normale. C'était la bonne dose. Tu as l'impression de reprendre des forces. Les yeux ouverts, tes pupilles se dilatent et les battements de ton cœur s'accélèrent. Tu soupires dans ton état qui est comme transportée hors de toi et du monde sensible. Putain, ça fait du bien. Soulagé, tu regardes Keishi et un sourire se dessine d'un seul coup sur tes lèvres. Un instant de silence, de bien-être, de plénitude jusqu'à ce que tu t'aperçoives que t'es à poil et lui tout mouillé. Le fait d'être nu (avec une serviette autour de toi), tu t'en branles, mais ça te saoule de voir ton frère trempé. Alors, du bout des doigts, tu attrapes une serviette pour la lui balancer.

« Tu m'fais pitié comme ça. »

La douceur, tu n'connais pas. D'ailleurs, dans l'histoire c'est plus toi qui affectait un sentiment de compassion ou de moqueries. Ton état de merde, tes conneries à la chaîne.

« Tu m'offres un verre ou bien, j'dois me débrouiller ? »

Tu incites à la situation un changement de direction et à ne surtout pas commencer une conversation désastreuse sur ton comportement, ta santé ou encore votre relation.

À l'aide de tes deux mains, tu te lèves en forçant sur tes maigres bras. Tu te retiens de marquer tout trait de douleur sur ton visage pâle et chétif. Debout, tu mets la serviette (que Keishi t'as passé plus tôt) autour de ta taille et sans attendre, tu sors de la pièce pour te rendre dans le salon. Tu attends que ton frère te serve le verre avant t'entamer une quelconque conversation ne voulant pas lui transmettre le sentiment de manque que tu as tant enduré.
BABY DON'T WASTE MY TIME
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 128
pseudo : PBG
avatar + © : kwon ji yong +@marley bb
âge du perso : 27
emploi/études : CEO d'une agence d'Entertainment nommée SKCent (on y trouve des mannequins, des chanteurs et des acteurs, et une Seiyu))
RECHERCHES PRE-LIENS + FLAT



Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Déc - 15:48





listen.

L'envie de souffler sur ce trait blanc était trop forte, pourtant, ses lèvres furent incapable de se mouvoir pour éradiquer le poison que son frère aimait tant ingurgiter. Comment en étaient-ils arrivés là ? Eiji termina son show, les yeux noirs enivré. Keishi soupira et se massa la nuque. Quel genre de frère était-il ? Un échec. Pitoyable échec. Le sourire de son petit frère ne le toucha pas. Ou plutôt, l'énerva subitement. Il ne sourit pas pour toi Keishi... Voilà ce que l'aîné pensait et encore une fois, la honte s'accablait sur lui. Il en avait assez de tout ça, de cette situation hors norme pour ce corps si faible qu'il avait toujours malmené. Il n'était que très tôt dans la matinée, mais le brun sentait comme le poids d'une journée intense oppresser ses épaules. C'était fatigant de lutter... Une serviette atterrit sur son visage las et alors qu'il la saisit, le plus âgé ne put s'empêcher de pouffer de rire à la remarque de son petit frère. Incontrôlé, pulsionnel, amer. « Tu t'es vu ? »

Qu'il s'offre lui-même son verre, pensa Keishi, presque boudeur. A vrai dire, il ne savait plus trop comment réagir maintenant. Lui, il avait juste voulu au moins pouvoir regarder le visage d'Eiji, maintenant qu'il avait pu le faire... Maintenant qu'il avait pu le faire, il doutait, restait coit, hébété. Alors que le plus jeune se redressait on en savait comment – après tout Keishi ne le regardait même pas – le déshérité commença à se sécher les cheveux. Une fois l'autre parti de la pièce, il se déshabilla rapidement, ne supportant pas cette sensation de ses vêtements collés à son corps. Frénétiquement, il parcourut son corps de ce tissu rêche. Puis, il se rendit dans son dressing pour enfiler un sous-vêtement ainsi qu'un jogging et un large t-shirt. D'un pas ferme, trop ferme pour lui-même, il se dirigea dans le séjour puis derrière le barre où il sortit une bouteille de whisky – pour ne pas changer, il n'avait plus vraiment de liquide diversifié après tout. Il en vida un peu de contenu dans un verre qu'il tendit à son frère. Puis un autre pour lui qu'il vida d'une traite. Puis un second, qu'il fit durer un peu plus longtemps. Il allait parler mais se résolu immédiatement à fermer sa bouche. Ses pensées l'avaient abandonné, son esprit était vide. Il n'avait rien à dire. Non, il n'osait plus rien dire. Il fallait juste se donner courage. Et pour cela, rien de mieux que terminer son verre pour s'en resservir un autre. « Bon. Il t'arrive quoi en ce moment ? » Il parlait du tour en cellule, de cette faiblesse physique, de cette connerie humaine qui l'habitait. Eiji allait-il encore dévier ? Keishi aurait aimé que non parce que poser cette question lui avait valu de dépenser un amont d'énergie telle qu'il avait du mal à se dire comment il tenait encore debout.
BABY DON'T WASTE MY TIME



#KeiCrew #KeiToJiShi

complementarity plan

Humans cannot create from nothingness, Humans cannot accomplish anything without holding on to something, Humans are not gods. ©️ signature by anaëlle.
«Contenu sponsorisé»
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMOJIS & CIE  ::  :: ailleurs-
Sauter vers: