::  :: bunkyō Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

late night pepperoni + takahiro

avatar
date d'installation : 26/11/2017
messages : 35
pseudo : Mika
avatar + © : Cha Hakyeon
emploi/études : Danseur au ballet de Tokyo, ancienne étoile du Bolchoi
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Nov - 23:30

   
Late night pepperoni
Act 1



Les studios après 21h étaient le meilleur moment de la journée, pour Felix. Il aimait ce moment de flottement, qui semblait tomber comme un linceul sur l’endroit, dans le silence le plus complet, alors que les plus anciens élèves quittaient petit à petit les couloirs de l’Institut après de longues heures à s'entraîner dans la plus grande discipline.
Il était rare que Felix quitte le studio avant beaucoup plus tard, cependant. Personne ne l’attendait à la maison, sinon Salem, qui appréciait particulièrement rester des heures allongés sur son canapé, à contempler la vie de Tokyo de son perchoir, des dizaines de mètre au dessus du sol.

Felix n’aimait pas être seul chez lui.
Ce qui était ironique, car le jeune homme était habitué à être seul. Un étranger au milieu de Tokyo, perdu dans la jungle de la grand ville sans avoir réellement d’échappatoire ou les capacités sociales pour quitter son appartement et aller dans un club pour rencontrer du monde autour d’un verre.
Il avait bien sur des amis au studio, mais ils avaient tous une vie propres, et il arrivait toujours un moment, ou, comme ce soir là, il se retrouvait seul, lui et ses patins, dans son studio.

Il s’observa dans le miroir, un oeil brun et un oeil bleu le dévisageant avec curiosité. Il avait une stature plus que convenable, pour un danseur. Fin et souple, bien nourri, avec des joues rondes et la peau brillante.
Ca n’avait évidemment pas été toujours le cas. Mais Felix avait eu cinq longues années pour découvrer les joies de la nourriture, en particulier dans une ville comme Tokyo.

Il tenta quelques étirements, quelques pas chassés, mais le grondement de son ventre lui rappela qu’il n’avait pas mangé depuis ce matin là, et il se sentit immédiatement coupable.
Etape n°1 - Ne jamais sauter de repas.
Le garçon se laissa retomber sur le sol, sortant son portable et parcourant sans grande conviction les restaurants de plats mijotés, en passant par les chinois, les thai, les coréens, et les restaurants italiens.
C’est lorsqu’il tomba sur un nom qu’il ne connaissait que trop bien qu’un léger sourire s’étendit sur ses lèvres.

Il murmura une prière silencieuse en portant le portable à son oreille.
Faites qu’il soit là, faites qu’il soit là.
Une voix décrocha au bout du fil pour prendre sa commande. Il trébucha lamentablement sur ses mots, avant de pouvoir commander une pizza royale avec supplément d’anchois et de raccrocher, avec la promesse de voir arriver sa subtance trente minutes plus tard.
Le jeune homme avait bien plus nerveux que n’importe qui le devrait en attendant une pizza. Mais il ne fréquentait pas forcément cet endroit pour la qualité de leur plat. C’était tout à fait passable, mais rien qui justifiait de commander des quantités astronomiques de nourriture de chez eux, si bien qu’il n’était même pas capable de tout manger, parfois.

Trente minutes plus tard, comme promis, la sonnerie de l’institut retentit et il trottina vers la porte en verre, le coeur remonté dans sa gorge.
Il ouvrit la porte et…
“Oh...Hey.”
Un sourire incontrôlable se dessina sur son visage quand il vit qui se tenait devant son studio. Sans aucun doute connaissait t’il l’adresse de l’endroit par coeur, à force de venir livrer ses pizzas ici.
“Je me demandais si t-tu serais le livreur, ce soir.” avoua Felix sans réelle pudeur, avant de rougir pour marquer la mesure. Il se pencha pour attraper la pizza. “Entres !”
   



Odd Eyes "Famed is thy beauty, Majesty. But hold, a lovely maid I see. Rags cannot hide her gentle grace. Alas, she is more fair than thee."

   (c) crackle bones
avatar
date d'installation : 26/11/2017
messages : 23
pseudo : kohe, absinthe, karma, soren, lindberg, gaby, ...
avatar + © : hoseok (bts) + kohe (moi)
emploi/études : livreur de pizza.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Nov - 19:45
late night pepperoni
La fumée s’insinuait dans tes poumons, gangrenait ta santé (sans que cela ne te gène particulièrement, en vérité la cigarette te détendait particulièrement). Tu attendais ton prochain – et dernier – service, qui ne saurait tarder, avant de pouvoir rentrer chez toi et te prélasser avec ton vieux chat (Gnocchi dont le nom grognon lui irait bien mieux). La clope terminée, tu l’écrasais contre un mur avant de jeter le mégot dans une poubelle (tu respectais tout de même la planète) quand tu entendais ton boss (quand bien même tu restais très libre comparé aux autres) t’appeler pour ton dernier service. Dieu que tu méritais un peu de repos, et tu pensais bien rentrer chez toi après cette (terrible) livraison, la fatigue te rendait bien plus apte à regretter ce choix d’être livreur de pizza plutôt qu’astronome ou libraire (tu devais avouer avoir des périodes d’intense fatigue).

Une fois dans la bâtisse (assez médiocre finalement) tu allais jusqu’à la commande, avant de regarder l’adresse et de sourire doucement en sachant que cela ne pouvait être que lui. C’était une bonne chose, quand bien même ti ne rentrerais pas si tôt aujourd’hui, tu avais maintenant l’habitude de rester un peu avec le garçon (depuis que tu avais malheureusement mangé un minuscule morceau d’olive sur sa pizza. Il avait cru que tu crevais de faim, tu avais ris car tu n’avais pas du tout le ventre vide : tu n’avais fait que céder à une douce tentation.

Tu prenais alors la pizza royale avec toi, que tu installais sur ton véhicule (une voiture, car l’hiver tu ne comptais pas livrer en scooter ou en moto, tu tenais à ta santé) à tes côtés, sur le siège passager alors que le moteur grondait enfin. Cette vieillerie (la voiture) changeait de tes habitudes chez toi. Surtout que tu mettais toujours un masque dans cette bagnole, tu n’avais pas de purificateur d’air, alors que tu te demandais si tu n’aurais pas le cancer du poumon avec ces horreurs, puis, après quelques réflexions, tu sortais du véhicule pour déposer ton uniforme dans les vestiaires (histoire de ne pas revenir) et tu apportais la pizza (toujours chaude, tu faisais attention, tout de même) dans ta propre voiture (une Audi sport des plus banales) : tu avais bien plus confiance dans ta propreté.

Le regard porté sur la route (afin de ne pas mourir d’un accident tout de suite), les derniers tournants ne furent pas bien long à engager avant de te garer devant la bâtisse afin de sortir, propre sur toi, et d’atteindre l’entrée. Tu sonnais, attendant avec patience l’arrivée du garçon, de Felix. « Oh… Hey. » Furent ses sentences, un petit sourire sur ses lippes (douces à ton avis), les joues rougissant suite à ses paroles suivantes qui (ne mentons pas) te firent doucement sourire.

« Hey. Bientôt on pourrait croire que je suis ton livreur attitré, non ? »

Tu entrais dans le studio, retirant le manteau qui te protégeait du froid pour le déposer où il le devait (sur un porte manteau Einstein). Tu suivais l’autre homme, avant d’ouvrir un peu la bouche.

« Tu te reposes j’espère ? Je suis déjà bien content que tu te nourrisses, quand bien même une pizza n’est pas forcément le mieux pour se remplir l’estomac. Felix, tu pèses combien déjà ? Non parce que je suis presque sûr que tu as la peau sur les os. »

Inquiet, tu l’étais. Alors tu posais des questions un peu hasardeuses.

« Tu devrais manger mieux, en tout cas. »


avatar
date d'installation : 26/11/2017
messages : 35
pseudo : Mika
avatar + © : Cha Hakyeon
emploi/études : Danseur au ballet de Tokyo, ancienne étoile du Bolchoi
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Nov - 20:36

   
Late night pepperoni
Act 1



Felix aimait les soirées dans le studio. Il pouvait prétendre être la seule personne au monde, et se disait qu’un jour, si le monde venait à s’étendre, alors c’était probablement ici, dans cette pièce, devant ce miroir, qu’il aimerait mourir. Et puis il secouait la tête, car il était bien vivant, et que c’était une bonne chose, car il pouvait s’oublier devant le miroir et sur le parquet, enchaînant pirouette et sauts comme si il avait fait ça toute sa vie (ce qui en soit, était vrai : il dansait depuis qu’il n’avait que trois ans.).
Il s’était permis de glisser un peu plus loin que les morceaux de musiques classiques autorisés en classe, et avait choisi sa playlist habituelle, et notamment une chanson qu’il écoutait en boucle, et qui l’inspirait.

Il était enfin libre de ses mouvements et de ses créations, et parfois, Felix se demandait si il pourrait, pourquoi pas, essayer quelque chose de nouveau, comme la danse latine ?
C’est en pensant à la professeure de danse latine et si à oui ou non elle accepterait de lui apprendre quelques trucs, qu’il se rendit compte qu’il était tard, bien trop tard, et que son corps commencait doucement mais surement à lui rappeler qu’il n’avait pas mangé depuis dix heures.

Si on lui posait la question, plus tard, il nierait se donner des excuses pour commander une nouvelle pizza au moins une fois par semaine. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Felix n’était pas vraiment doué pour se faire des amis : les gens le regardaient souvent de travers, repoussés par ses yeux hors du commun (et dieu seul sait que les japonais détestaient la différence), le reste étaient découragés, au début, à cause de son accent et sa méconnaissance des coutumes japonaises.
Il était difficile de se faire des amis en étant un vrai japonais, alors quand on l’était seulement à moitié, c’était bien plus compliqué encore.

Takahiro, au contraire, semblait être son opposé complet, le genre de personnes vers qui on se dirige naturellement. Il avait suffit d’un sourire pour que le danseur soit rendu complètement idiot et rougissant.
Il n’avait pas encore eu le cran de lui demander son numéro. Alors peut être qu’il arrêterait l’overdose de pizzas, et commencerait à commander autre part (il avait toujours eu envie d’essayer le thailandais au bout de la rue.).
Il oublia complètement ses interrogations quand il ouvrit la porte et que, le nez rougi par le froit, Takahiro se tenait bien droit derrière la porte, les bras remplis de sa pizza préférée.

Son visage s’illumina automatiquement.

« Hey. Bientôt on pourrait croire que je suis ton livreur attitré, non ? »

Le jeune homme se mordit la lèvre, rosissant de plus belle. Oui...disons plutôt qu’il était son livreur préféré et qu’il avait mémorisé son emploi du temps parfaitement pour être certain de tomber sur lui ? Bon sang, c’était bien trop désespéré et creepy, il ne pouvait pas décemment lui raconter une telle chose.

“Ha. Haha. On dirait que le hasard fait bien les… les choses, hein ?”
Il se massa le cou et ferma la porte en vers derrière Takahiro, qui était venu dans cet endroit aussi souvent qu’il semblait maintenant se retrouver chez lui.
Il devait avouer qu’il aimait l’idée que Takahiro se sentait confortable avec lui et sur son lieu de travail.


« Tu te reposes j’espère ? Je suis déjà bien content que tu te nourrisses, quand bien même une pizza n’est pas forcément le mieux pour se remplir l’estomac. Felix, tu pèses combien déjà ? Non parce que je suis presque sûr que tu as la peau sur les os. »

Le jeune homme fait la moue. “C’est pas vrai, j’ai encore quelques kilos à perdre.” Il s’observe dans le miroir de la salle de danse, critique, mais se rend compte qu’effectivement, il était bien assez mince, et que ses joues mériteraient d’être plus remplies. Les vieilles habitudes ont la vie dure.
Il se mord la lèvre et s’approche de la table ou est posée sa pizza, hummant légèrement.

« Tu devrais manger mieux, en tout cas. »

Felix sourit malicieusement. “Ce n’est pas contre-productif de me demander de ne pas commander au restaurant qui t’emploie ?” Délicatement, il prend une part de pizza et mord dedans en tentant de ne pas se couvrir de sauce tomate, ce qui est malheureusement peine perdue quand une légère tache de sauce se dépose sur sa lèvre inférieure. Ses yeux vairons se plisse en amande et il soupire de soulagement.
“Это было восхитительно... ” - “C’est vraiment délicieux.”

Il poussa légèrement la pizza vers lui. “Sers toi, tu as l’air d’avoir besoin d’un remontant.” sourit le danseur. “Rude jour-journée ?”

   



Odd Eyes "Famed is thy beauty, Majesty. But hold, a lovely maid I see. Rags cannot hide her gentle grace. Alas, she is more fair than thee."

   (c) crackle bones
avatar
date d'installation : 26/11/2017
messages : 23
pseudo : kohe, absinthe, karma, soren, lindberg, gaby, ...
avatar + © : hoseok (bts) + kohe (moi)
emploi/études : livreur de pizza.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Nov - 22:48
late night pepperoni
Le froid torturait l’épiderme de tes mains, elles devaient tenir le carton de la pizza royale, alors tu regrettais terriblement de ne pas avoir des gants en cet instant. Et ce fut comme les lumières du paradis quand la forte fut ouverte, tu étais si heureux de pouvoir enfin sentir la chaleur de l’endroit aussi proche de toi. Le tendre faciès de Felix, ses yeux si étranges (et surtout si captivant à ton sens), sa lèvre pincée de ses dents alors qu’il semble soudainement gêné (il était souvent un peu rouge). « Ha, haha, on dirait que le hasard fait bien les… les choses hein ? ». Il n’avait pas tort car tu aimais bien la présence du semi-japonais, son accent un peu étrange – légèrement russe – avait le don de te faire sourire (tu avais une certaine passion pour la Russie à cause du patinage artistique que ta mère regardait et que tu aimais aussi – sans vraiment le dire).

Ton regard s’assombrissait, les sentences du garçon vis-à-vis de son poids n’étaient pas de ton avis : il était presque maigre et cette idée était presque effrayante. Tu sais bien que les danseurs (surtout classiques) sont des brindilles, mais le voir de tes propres yeux t’inquiètes et tu aimerais qu’il prenne un peu de gras pour arrondir ses joues creusées et ses bras si fins (ses jambes aussi). Puis tu ricanes, il est vrai que tu ne devrais pas lui dire de manger ailleurs, mais c’était surtout pour sa santé.

« Oh tu sais, je m’en fiche bien, ce n’est qu’un passe-temps. »

Livrer des pizzas étaient une bonne excuse afin de parler à autrui, tu aimais bien l’idée de rencontrer des personnes ainsi, surtout quand elles sont aussi douces que Felix, tu te demandais d’ailleurs si tu ne devrais pas lui demander, un jour, un réseau ou son numéro de mobile afin de le voir autrement que pour une livraison.

« Après tout, je peux travailler où bon me semble, je pense simplement que le métier de livreur de pizza est favorable quand à mes besoins, j’aime bouger et ça me permet de rencontrer des gens. Et parfois, je fais de très bonne rencontre, n’est-ce pas Felix ? »

Un petit clin d’œil, tout en sachant que le garçon allait très certainement rougir face à tes mots. Tu en ricanerais bien d’avance, alors qu’il mange un bout de son met (de prolétaire) avant de parler dans sa langue. Il faudrait que tu penses à apprendre le russe, cela pourrait t’être pratique dans les années à venir. Tu te sers, suite à ses sentences, avant d’offrir un tendre sourire, épuisé.

« Effectivement, je ne pensais franchement pas que ce genre de métier était si éprouvant, mais toi, tu fais bien plus d’effort que moi en une pauvre journée. »

Dormir, te prélasser devant ton ordinateur tout en regardant un film (du style de tombeau des lucioles) avant de manger – un peu n’importe quoi – pour finalement travailler quand cela te chante. Tu avais une vie facile, l’argent jouait pour beaucoup, tu le savais très bien, alors tu en profitais.

« D’ailleurs, ne trouves-tu pas dommage de se voir seulement ainsi ? Je veux dire, on pourrait parfois sortir non ? Qu’en dis-tu ? »

Une demande silencieuse, tu n’allais pas quémander son numéro de portable si simplement, tu avais encore un minimum de pudeur et de tact pour le faire délicatement.

« Mais il va me falloir quelque chose pour te contacter, tu vois ? »



avatar
date d'installation : 26/11/2017
messages : 35
pseudo : Mika
avatar + © : Cha Hakyeon
emploi/études : Danseur au ballet de Tokyo, ancienne étoile du Bolchoi
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Nov - 23:22

   
Late night pepperoni
Act 1



Felix ne pouvait pas s’en empêcher. Il savait bien que son comportement était parfois contradictoire (après tout, quelle personne au régime passe son temps à commander des pizzas ?), mais quand il se regardait dans le miroir, il voyait une image distordue de son corps que sa mère avait réussi à marteler dans sa tête au fil du temps comme une marque au fer rouge : ses yeux, la distraction, son corps, qui n’était jamais assez fin ou assez élégant pour entrer dans les idéaux de sa mère concernant des danseurs étoiles.

Elle voulait une fille. Jamais Felix, malgré ses efforts considérables, n’avait réussi à lui donner les jambes fines et la taille gracile d’une jeune femme. Et peu importait sa détermination, la perfection de sa posture, ou sa force, sa mère n’avait jamais vu que ses défauts et pendant des années, le jeune homme s’était imaginé que c’était normal. Qu’il était naturel d’être terrifié par le jugement de sa propre mère.
Il essayait de changer. Takahiro l’y aidait à sa façon, en posant sur lui un regard sincère et non biaisé.

« Oh tu sais, je m’en fiche bien, ce n’est qu’un passe-temps. »

Il avait presque oublié le fait que Takahiro n’était pas réellement livreur de pizza comme l’était la plupart des étudiants qu’il avait rencontré, pour payer leurs emprunts astronomiques et rembourser leurs crédits. Takahiro ne semblait manquer de rien, et se comportait avec l’insouciance d’une personne qui n’a plus rien à prouver.

« Après tout, je peux travailler où bon me semble, je pense simplement que le métier de livreur de pizza est favorable quand à mes besoins, j’aime bouger et ça me permet de rencontrer des gens. Et parfois, je fais de très bonne rencontre, n’est-ce pas Felix ? »

Felix manqua effectivement de s’étouffer avec sa part de pizza en voyant le clin d’oeil de son compagnon et essayant de ne pas laisser son esprit dérailler plus vite que sa raison. Takahiro était le genre de personne à se lier et à flirter avec tout le monde. Qu’est ce qui pouvait lui dire que c’était différent ?
Il ne pourrait certainement pas le savoir en s’étouffant avec un morceau de pizza pepperoni.

« Effectivement, je ne pensais franchement pas que ce genre de métier était si éprouvant, mais toi, tu fais bien plus d’effort que moi en une pauvre journée. »

Le jeune homme haussa les épaules. Son métier était certes physique pour n’importe qui, mais pour lui, c’était aussi facile que respirer. Il vivait, respirait, mangeait et buveait en danseant. Peut être que cela aurait été une bonne chose qu’il vive pour lui, pour une fois.
“Pas vraiment. J’aime ce que je fais ….” sourit t’il. “Je pense que je serais perdu à ta place. Je serais surement capable de mélanger les pizzas, ou de les envoyer balader. Je suis une catastrophe en dehors de ce studio.” avoua t’il, sans vraiment mentir. Il était vraiment maladroit, en particulier devant des personnes qui, comme Takahiro, avaient le don de le faire se sentir totalement vulnérable. “Je suis bien content d’avoir des professionnels pouvant me livrer une vraie pizza.” déclara t’il solennellement.

« D’ailleurs, ne trouves-tu pas dommage de se voir seulement ainsi ? Je veux dire, on pourrait parfois sortir non ? Qu’en dis-tu ? »

Félix leva la tête vers Takahiro, les yeux ronds comme des billes. “Hm...sortir ?” Il devait surement vouloir boire un verre sans arrière pensée, bien évidemment, mais Felix voyait toutes ses espérances se réaliser devant ses yeux, et il se demanda si les dieux nordiques étaient vraiment avec lui ce soir.

« Mais il va me falloir quelque chose pour te contacter, tu vois ? »

Encore une fois, peu de réaction. Le jeune homme cligna lentement des yeux, quand il comprit soudainement que Takahiro lui demandait son numéro de téléphone, et il manqua de faire tomber sa part de pizza dans la précipitation pour sortir son portable de sa poche.
Il lui tendit rapidement l’appareil.
“Je...oui, avec plaisir, j’aimerais vraiment sortir… avec toi. En ville. Hm...je connais pas grand monde, ce serait sympa.” Cramoisi, il ajoute. “Je suis pas sur d’être un super compagnon...je tiens pas l’alcool - plutôt bizarre, pour un russe hein ? - et je me mets à faire des strip tease quand j’ai bu plus de deux pintes de bière.”
Il plaqua sa main sur sa bouche en se rendant compte qu’il avait parlé tout haut.
“Ahem.” Il posa soigneusement sa part de pizza sur le carton et tendit les mains vers lui. “Je vais te donner mon numéro.”
   



Odd Eyes "Famed is thy beauty, Majesty. But hold, a lovely maid I see. Rags cannot hide her gentle grace. Alas, she is more fair than thee."

   (c) crackle bones
«Contenu sponsorisé»
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMOJIS & CIE  ::  :: bunkyō-
Sauter vers: