::  :: minato :: résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(( w i l d - thoughts )) - heiji

avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 120
pseudo : clemmm la star
avatar + © : kwon hyuk (dean) ft moi rip (avatar) / signa (@self) / gif (@tumblr)
emploi/études : travaille dans les affaires familiales, l'illégalité.


don’t make me sad,
don’t make me cry
sometimes love is
not enough
and the road gets tough
i don’t know why
keep making me laugh,
let’s go get high
the road is long, we carry on
try to have fun in the meantime



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Nov - 22:59


wild thoughts





Un mois. Deux mois. Puis trois, puis quatre. Le temps qui s'écoule, les jours qui défilent. Et la peine, elle va et vient. Y'a des jours où c'est supportable, où le soleil semble briller de mille feux. D'autres aussi où il n'y a que la pluie, le vide et l'amertume. Les souvenirs qui remontent, Shinichi qui est submergé. Et aujourd'hui, c'est un de ces soirs-là. Un jour morne, terne. Rien n'a de sens, il n'y a que la souffrance. Son prénom qui lui revient, son image qui le hante. Mina, Mina. Partie, disparue. Fauchée; renversée et elle s'en était allée. Shinichi, cœur brisé. Toujours à essayer de se soigner, de le réparer. Et il ne s'en sort pas si mal ; c'est juste un de ces fois. C'est inévitable et il a commencé à s'y faire. A accepter l'idée qu'il ne pourrait pas toujours lui échapper. Mina qui le poursuit, Mina qui existe encore. Il a cru la voir aujourd'hui. Une silhouette pareille à la sienne; des traits semblables. Son cœur, il s'est arrêté pendant un instant. La vie aussi. Quelques secondes de doute avant de se souvenir: non, elle ne reviendra pas. Le deuil qu'il faut refaire; comme s'il était voué à être éternel. Couteau qu'on remue dans la plaie. Shinichi, comme d'habitude; il a décidé de se saouler. Seule solution, seule idée. Kohaku n'est pas là, Eita non plus. Ce n'est pas comme s'il aurait pu aller leur en parler. Indisponibles; eux les piliers. Ce soir, c'est dans l'ivresse qu'il faudra se noyer. Shinichi face à lui-même; enfin là il est plutôt face à une énième bouteille. Il s'est traîné jusqu'au bar; assis derrière le comptoir. Les coudes posés dessus, le verre qu'il contemple. Il n'a que sa voix en boucle dans sa tête, le passé qui renaît. Et pendant un instant, c'est comme si elle n'était jamais partie. Jamais morte, tuée par un chauffard; dans un tragique accident. Plus les verres s'enchaînent et plus il retrouve cette impression de chaleur. Dans le cœur, dans l'esprit. Il est confus mais ça le soulage. Et il en redemande. Se laisse aller; fait glisser les billets qu'on s'empresse d'attraper. Servi et resservi mais jamais rassasié. Shinichi qui fait la fermeture, qu'on laisse à la rue. Nuit noire; lune qui rayonne pourtant. Il voit grâce aux lampadaires, aux néons qui grésillent de plus ou moins loin. Il s'est un peu éloigné du calme mais il le retrouve tout doucement. Shinichi marche. Un lieu destiné, le seul où il ait envie d'aller. Heiji, Heiji. C'est la première personne qui lui est venue à l'esprit. Heiji, avec qui il a péché. Mais il n'y a pas que ça. Avec lui, c'est différent. Il a l'impression qu'il peut s'effondrer; au moins pour ce soir. Les grands yeux noirs; ils l'intriguent toujours. Et là maintenant, Shinichi a besoin de les voir. De le voir. Il marche comme il peut; aucune terrible rencontre nocturne. Le quartier est bien sage; tout le monde doit dormir à cette heure-ci. Du moins, logiquement. Peut-être même que Heiji aussi. Sauf que là, Shinichi il n'y pense pas le moins du monde. Il veut juste arriver, s'écrouler. Et l'immeuble recherché se dessine peu à peu. Mission accomplie; ça relève du miracle mais il y avait cru. Faut dire qu'il n'avait pas d'autre alternative. Il s'appuie sur le mur; s'irrite à cause de l'interphone. Et dès qu'il entend une voix à l'autre bout, il dit juste ça. « C'est moi. J'ai besoin de toi. » Il ne sait pas trop ce qu'il raconte; ces mots-là, ils lui semblent étranges. Besoin de toi, besoin de quelqu'un; l'impensable mais il les dit pourtant. Shinichi, il s'engouffre ensuite dans le bâtiment. Ascenseur bien trop lent; l'alcool qui lui monte dans le sang. Et il sort, marche dans ce couloir. Se tient de chaque côté du mur pour finir devant la porte d'Heiji. Il tambourine, gamin. Impatient; bourré. Achevé par les souvenirs, noyé dedans. Impossible d'en sortir. Mais quand la porte s'ouvre, il voit comme une issue. Heiji, les yeux noirs. Et les premiers mots lui viennent. « Elle me manque. » Il le fixe; le dévisage. Enfin, pendant quelques secondes seulement. Il s'écroule sur lui; Heiji qui devient un pilier. « Offre-moi un verre. » Murmure, chuchotement. Comme si c'était normal, comme s'il n'avait pas assez bu. Shinichi, à moitié là mais il a trouvé le chemin : celui qui mène à Heiji.


«Hasegawa Heiji»
moonchild
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 77
pseudo : yoolee/hiba
avatar + © : jaewon + skate vibe
emploi/études : héritier du 7 luck casino


Baby, if you wanna leave, come to California
Be a freak like me, too
Screw your anonymity, loving me is all you need
To feel like I do
We could slow dance to rock music, kiss while we do it
Talk 'til we both turn blue
(If you stay, I'll stay)

* ˚
˚    .     ˚  
    ✫ ✵        *
. ✹    ✵  
⋆ * .      ⊹   .
. ·   .   . .  · ✹
   *  .



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Nov - 1:37


wild thoughts





Baraque, trop grande, trop vide. Les murs trop froids pour une âme esseulée. Son indépendance, ça ne faisait que quelques mois seulement qu’il l’avait eu. Heiji avait quitté la grande demeure familiale, pour le mieux et pour le pire aussi. Surtout ça. Parce que le moral n’est pas vraiment au beau fixe ces dernières semaines. Il s’est réveillé aux alentours de midi, une grosse cuite la veille l’avait assommée, du moins c’est ce qu’il croyait. Et à peine les yeux ouverts, c’est un poids qu’il sentit sur son dos, comme si on l’observait. Encore une foutue hallucination, il avait beau se répéter que ce n’était vrai, ça paraissait quand même si réel. La logique contre le cœur et c’est si difficile d’arriver à traire l’un aux dépens de l’autre. Mais la sensation avait perduré, c’était un réel poids qu’il sentait sur son dos. Et la peur irrationnelle s’empare de lui. Il n’y croit pas aux fantômes, aux esprits et autres conneries, mais il n’est pas fou pour autant. Il tend l’oreille, il a peur de se tourner. Si peur. Une respiration parvient à son oreille, régulière, lente. Et les brides de la veille, de la soirée arrosée, reviennent, accompagné de maux de tête monstrueux. Putain de vodka. Heiji se relève et ose enfin baisser les yeux, parce qu’il se souvient enfin. C’est un corps endormi à ses côtés, ses iris trace les lignes de marques et griffes sur la peau halé, vestiges de sa frustration de pouvoir posséder tant de corps inconnus mais jamais celui désiré, celui chéri plus que tous les autres. Il soupire, Heiji, ramène ses jambes vers lui et y pose son crâne douloureux. Il compte les secondes qui s’égrainent en minutes, la musique de la boite de nuit tambourine encore à l’intérieur. Il soupire et secoue l’inconnu sans délicatesse, l’incitant à rentrer chez lui au plus vite. Pas de douche ni de petit-déjeuner, encore moins de numéro échangé. Juste l’amertume d’être encore plus dégoûté par soi.

Une heure plus tard, il est seul. Propre et quelques toasts dans l’estomac, une bouteille d’eau citronnée par trop loin aussi pour faire passer la déshydratation. Heiji se contente de prélasser le reste de la soirée, des petits siestes, plusieurs parties de jeux vidéo et un simple encas quand son ventre grogne un peu trop. Il n’a envie d’aller nulle part et même si l’envie de voir Shinichi est là, il n’arrive pas réellement à l’appeler. C’est souvent le plus vieux qui initie le contact entre eux, comme un accord tacite entre les deux hommes et Heiji l’accepte silencieusement. Mais la fortune est de son côté ce soir semble-t-il parce que l’image du brun quitte à peine ses pensées que l’interphone sonne, ça lui arrache un sursaut ; il n’est pas habitué aux visites mais il se lève quand même, traine sa carcasse jusqu’au répondeur. « C'est moi. J'ai besoin de toi. » Il y’a un battement qui se perd parmi les autres. Moi. Shinichi. Pas besoin qu’il se présente, sa voix recèle toute son identité, bien raque et grave, unique, une mélodie qui attise ses sens. Il appuie sur le bouton automatique pour ouvrir la porte d’entrée, Shinichi devrait arriver d’une minute à l’autre et lui est encore en sous-vêtements. Alors il se hâte, enfile un bas de jogging et un t-shirt gris, met de l’ordre dans ses cheveux, se moque intérieurement de lui-même. Il éteint tout juste sa console quand on tambourine à la porte. Shinichi toujours si impatient, il sourit doucement avant de rejoindre le hall d’un pas précipité et lui ouvrir. Les mots tranchent immédiatement, le manque d’un être dont le corps est six pieds sous terre. Heiji devant lui demeure pourtant si invisible. Il recule légèrement quand Shinichi s’écroule sur lui mais lui tient fermement malgré tout. De toutes ses forces, il ne le lâchera jamais. « Shin… » Surnom tendre dans un murmure affectueux, presque désespéré. « Je pense que tu as assez bu… » Il pue l’alcool et la tristesse. Mais il l’attire à l’intérieur et le pousse sur le grand canapé. Heiji se dirige vers le mini bar, prend l’alcool le moins fort et en ramène la bouteille et deux verres. Il les remplit et en tend à un Shinich près de lui il prend place. « Ca va aller. » Non, ça n’ira pas. Depuis des mois, il n’y pas la moindre évolution. Shinichi ne va pas mieux et ça le tue à petit feu. Il tend le bras pour l’attirer contre lui, cajole ses cheveux de ses doigts libres.




goddamn right
( you should be scared of me)
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 120
pseudo : clemmm la star
avatar + © : kwon hyuk (dean) ft moi rip (avatar) / signa (@self) / gif (@tumblr)
emploi/études : travaille dans les affaires familiales, l'illégalité.


don’t make me sad,
don’t make me cry
sometimes love is
not enough
and the road gets tough
i don’t know why
keep making me laugh,
let’s go get high
the road is long, we carry on
try to have fun in the meantime



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Nov - 22:13


wild thoughts





Heiji. Qui d'autre ? Le seul qui traverse son esprit après eux deux. Il n'a pensé qu'à lui. Peut-être que ça voulait dire quelque chose. Que le détachement commençait, que Mina - de son esprit - elle allait s'en aller. Le quitter, l'abandonner. Mal, bien. Aucune idée. Shinichi, il sait juste qu'il a besoin de lui. Heiji, évidence. Il ne sait pas comment il a réussi à atterrir devant lui. La nuit est cruelle, pourtant il s'en est sorti. Et puis, il faudrait être fou pour poser la main sur lui. Shinichi, pas un enfant de chœur. Loin de là même. La confession qui passe la barrière de ses lèvres. Le manque, la douleur. Un soir d'horreur, un qui fait mal, un où il déraille. Shinichi, à la dérive. Heiji, sauveur, héros. Jamais une erreur et même le soir où ils l'ont fait. Les yeux noirs, ils se perdent. Se rencontrent; ils partagent un regard. Shinichi, il sait que Heiji est ce qui lui faut. Les pas qui les rapprochent, il tombe, rentre en collision avec lui tout en étant debout. L'épaule forte, Heiji qu'on ne saurait faire tomber. Il est solide. C'est quelqu'un sur qui il peut compter. Et Shinichi, il a les mauvaises habitudes tenaces. Il veut un verre, encore un dans lequel noyer son chagrin. Il a besoin d'être enivré, toujours plus; que ça ne s'arrête pas, qu'on le serre fort. Alcool ou Heiji, les deux ne mènent qu'à l'ivresse. Et les secondes défilent un instant; Shinichi les yeux rivés sur le sol. Collé à lui, proche. Probablement trop. Et il entend l'intimité. Shin. Shin, Shin. Il n'y a qu'eux qui ont le droit à ce surnom. Heiji, privilégié. L'affection si subtile, tout si abstrait et concret à la fois. D'autres paroles émanent du brun. Vérité; et Shin le sait. Heiji, il l'attire tout de même à l'intérieur. Chez lui, lieu qu'ils connaissent très bien tous les deux. Et Shinichi, il ne reste pas debout très longtemps. Heiji l'envoie sur le canapé, il s'y laisse mollement tomber. Pas d'autre choix, seule alternative. Il a le regard qui explore; ne se lasse pas de détailler la pièce. Sauf qu'elle n'a rien d'intéressant. Il dévie vite sur Heiji. Silhouette proche du mini-bar; Shinichi le fixe. Voit le bas de jogging, le t-shirt gris. La pagaille, le bordel mais ce sont des choses qu'il aime. - comme Heiji. Il attend son retour. Délaissé deux minutes et il se sent à nouveau perdu. Oublié, en train de crouler sous les pensées. Le fantôme qui guette la faille - Mina - .

Shinichi reste silencieux, pas un mot, pas un bruit. Il est comme tourmenté et apaisé à la fois. Heiji est là. C'est une présence rassurante, aimante. Il sourirait presque en le voyant revenir, deux verres et une bouteille à la main. Ca va aller. Mensonge, mensonge mais il a essayé. Ils savent tous les deux que non mais ces mots-là, il faut les répéter. Encore et encore, jusqu'à ce que ce soit vrai. Shinichi récupère le verre. Il observe le liquide un instant; hésitation mais il le porte tout de même à ses lèvres. Cul-sec, disparition. Il pose le verre sur la table basse; celui-ci claque. Aucune délicatesse; son esprit embrumé l'a lui a ôtée. Et il revient dans le fond du canapé, toujours plus proche d'Heiji. Heiji qui tend le bras pour l'attirer contre lui. Et Shinichi, il n'y oppose aucune résistance. Il laisse les doigts de l'autre parcourir ses cheveux, caresser chaque mèche. Sa tête se colle contre le torse d'Heiji. Il redevient un gamin. La carapace, elle est éclatée. Fissurée depuis le jour où il a été incapable. De toucher, d'aimer, de baiser. Incapable de vivre, d'être - tout seulement. Heiji, il était là. Et depuis, ça n'a pas changé. Murmure qui s'échappe. « Merci. » Il le jauge de ses yeux noirs; croise son regard en relevant la tête un instant. « T'étais le seul que je pouvais appeler. » Faux rire qui sort. L'alcool, peut-être bien. Il n'est pas encore fou. « Elle me manque, tu sais. » Shinichi qui remue le couteau dans la plaie. La sienne, celle d'Heiji sans trop le savoir. Il retourne contre lui, sa voix se perd. « J'allais mieux depuis quelques temps mais c'est encore un de ces soirs...» Soir de peine, soir lamentable. Heiji, bien sûr qu'il le sait. Shin, c'est toujours vers lui qu'il vient déprimer. Se saouler, gueuler, pleurer quand l'alcool le permet. Shinichi s'effondre un peu plus. Il laisse son corps glisser, sa tête se poser sur les cuisses d'Heiji. Peut-être qu'il dit un peu tout et n'importe quoi; il sait juste qu'il veut que ça continue. Alors il attrape sa main et la remet où elle était. « J'aime quand tu fais ça. » Oui, quand Heiji caresse doucement ses cheveux. Quand il le touche et l'apaise, quand ses gestes si simples sont tout. « Heiji...» Son prénom qu'il sort sans aucune raison, à part le fait qu'il le rend aussi saoul que l'alcool. Heiji, Heiji qui lentement le guérit.


«Hasegawa Heiji»
moonchild
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 77
pseudo : yoolee/hiba
avatar + © : jaewon + skate vibe
emploi/études : héritier du 7 luck casino


Baby, if you wanna leave, come to California
Be a freak like me, too
Screw your anonymity, loving me is all you need
To feel like I do
We could slow dance to rock music, kiss while we do it
Talk 'til we both turn blue
(If you stay, I'll stay)

* ˚
˚    .     ˚  
    ✫ ✵        *
. ✹    ✵  
⋆ * .      ⊹   .
. ·   .   . .  · ✹
   *  .



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Nov - 13:54


wild thoughts





Epave humain qui atterrit entre ses bras. Shinichi n’est plus rien d’autres. Il tente de revenir en arrière, des souvenirs d’un Shinichi grand et fort, un dont le sourire prêchait d’être monde du monde, comme si rien ne pouvait l’atteindre. Heiji avait un souvenir si lointain, de plus en plus fades à mesure que leurs rencontres se multiplient. Shinichi est une loque, qui pue l’alcool et le désespoir quand elle vient s’échouer sur son canapé comme à chaque fois. Et parfois, il se demande si tout n’avait été qu’un fantasme irréel. Heiji, avait-il seulement rêvé de cet homme si grand, si invincible, qui avait fait de son corps le sien pour une nuit, auquel il n’avait depuis cessé de penser. Parce qu’il était inaccessible, Heiji, dérive d’une nuit mais le toucher est éternel sur son épiderme. Mais il aime chaque part de Shinichi, accepte sa force tout comme sa faiblesse, plus habituelle ces derniers mois. Leurs retrouvailles n’ont pas été sous l’éclat d’une nouvelle étreinte, du moins elle fut moins charnelle et les gémissements n’étaient que les cris de la peine de Shinichi, son épaule humide de ses sanglots. Il s’était improvisé en confident, malgré lui, et il avait accepté ce rôle. Pour Shinichi, il devient un pilier, se transforme en cet adulte qu’il n’a jamais été. Il aimerait plus, tellement plus, sécher ses larmes et les remplacer par des rires, l’étreindre parce qu’il en a envie et non sous prétexte de réconfort. Il veut surtout que ce prénom disparaisse de ses lèvres. Mina. Fantôme du passé, qui sans le savoir pourtant, hante les deux, chacun à sa façon. Mina, Mina. Le plus vieux n’a que ce prénom à la bouche depuis toujours. Heiji aimerait le lui faire oublier, l’écorcher de ses lèvres à coup de dents, l’arracher de son cœur de ses griffes, enlever l’image de sa mémoire. Qu’elle ne soit plus que mirage. Un néant.

Pourquoi. Pourquoi penser à ce qui est perdu à jamais, quand il était là, bras tendus et corps offert. Mais il n’est rien. Juste des paroles rassurantes, une pause sur la réalité que le plus vieux s’offrait entre les quatre murs du luxueux appartement. Heiji soupire. Trop las, trop fatigué, pour un garçon à peine adulte. Il suit le regard de Shinichi, sur la pièce puis sur lui-même, souriait doucement. « C’est un peu le bordel, la femme de ménage passera demain. » C’est pas vraiment une excuse, plus une façon de combler le silence alors qu’il glisse un verre entre les mains de Shinichi. Il a surement trop bu, mais Heiji n’est pas sa mère, ni même sa copine (oh, pour ça, lui est bien vivant, corps chaud et souffle qui s’engouffre dans les poumons), alors il n’a pas jugé ni à tenter de lui faire entendre raison. S’il veut boire, il le laissera faire, autant qu’il souhaitera.
Il caresse ses cheveux, sirote un mélange pas trop fort. Il n’a pas mangé et il préfère éviter de trop rapidement s’enivrer, ou même un difficile réveil le lendemain. « Hey, mollo ! » murmure-t-il quand même en ôtant un peu trop tardivement le verre des mains de Shinichi, déjà vide. Il n’en rempli que la moitié cette fois. Shinichi se blottit contre lui et Heiji se baisse, hume le parfum des cheveux qu’il caresse. Un note de parfum de créateur, et les odeurs de l’alcool et de la ville. « Je suis content que tu m’aies appelé, je préfère te savoir ici que…ivre et défoncé dans une ruelle. » Il se mordille la lèvre après avoir pris une nouvelle gorgée. Il hoche de tête. Il sait qu’elle lui manque, Shinichi lui prouve sa peine à chaque jour qui s’entame. Il se réveille sur sa pensée, s’endort sur ses souvenirs. Mina, plus proche du démon qui l’accable que d’un réel fantôme. « Je sais que t’as mal et t’en as le droit. T’as pas à être fort devant moi. » Il lui sourit, esquisse un peu triste. Shinichi s’écroule sur lui, tête posée sur lui, sa main obligée sur les mèches brunes. Il continue ses caresses, cœur qui s’emballe quand l’autre laisse filtrer son prénom. « Tu ressembles à un enfant. » constat doux, voix tendre qui trahit surement ses sentiments qui dépassent la simple amitié. Ses doigts glissent contre les cheveux jusqu’au bas de la nuque, ses ongles jouent avec la peau tendre. Il capte son regard vitreux, descend sur les lèvres dont il a connu le toucher une fois, pas plus. La dernière fois où Shinichi avait essayé de le toucher, il n’est pas allé aussi loin, il n’a pas réussi. « Tu peux pas continuer ainsi, Shin, j’dis pas ça parce que je suis lassé de te voir ici, ça arrivera jamais. J’aime quand t’es là. Je veux que tu te remettes à vivre. » Ce n’est pas tant une demande égoïste, il ne demande pas à ce qu’il pose les yeux sur lui. Il veut juste qu’il aille mieux. « Et boire jusqu’à t’assommer, c’est pas une vie. » Ses doigts tracent une ligne jusqu’à sa joue, ses lèvres puis se retracent quand il les juge devenu trop entreprenant, alors il revient aux cheveux. Son bras libre se tend vers la table basse à côté et attrape son paquet de cigarettes. Rapidement, les nuages gris s’échappent de ses lèvres.





goddamn right
( you should be scared of me)
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 120
pseudo : clemmm la star
avatar + © : kwon hyuk (dean) ft moi rip (avatar) / signa (@self) / gif (@tumblr)
emploi/études : travaille dans les affaires familiales, l'illégalité.


don’t make me sad,
don’t make me cry
sometimes love is
not enough
and the road gets tough
i don’t know why
keep making me laugh,
let’s go get high
the road is long, we carry on
try to have fun in the meantime



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 21 Déc - 17:33


wild thoughts





Blotti contre lui. Bien à l'abri auprès d'Heiji. Et ça, ça ne change pas. Malgré les jours qui défilent, il continue d'être proche de ce garçon. Leur rencontre a beau être douteuse, teintée de tromperie; Shinichi s'en fiche. Il sait qu'il peut compter sur lui; que jamais Heiji ne le juge. Surtout pas lorsqu'il est dans cet état là. Il y a comme une compréhension, quelque chose qui l'apaise venant de lui. Il ne sait pas pourquoi mais c'est comme ça. Ses caresses le calment, sa voix aussi. Si Shinichi aime le silence, il aime la sonorité rauque de celle-ci, imaginer le mouvement des lèvres d'Heiji. Peut-être qu'il le regarde différemment des autres aussi. Il est le seul avec qui il a fauté. Mais entre eux, c'était toujours un peu différent. Le cœur qui s'est accroché dans leur péché. Shnichi laisse sa tête reposer sur le cadet. Confiance, toujours. Avec Heiji, il se permet l'impossible : être vulnérable. Shinichi lâche doucement prise. Les yeux qui papillonnent avant de parfois se fermer. Il se laisse bercer par les mots. Les paroles rassurantes d'Heiji. Je sais que t’as mal et t’en as le droit. T’as pas à être fort devant moi. Tomber le masque, avoir mal. Laisser la douleur exister au grand jour. Ne pas être fort. Oui, c'est ça. Shinichi obéit sans le vouloir. Il parle, révèle les secrets de son âme à Heiji. Présence qui le comble. H e i j i.

Shinichi ouvre les yeux pour observer son visage. Le sourire peiné, il aimerait changer ça. Il sent ensuite les doigts d'Heiji qui glissent dans ses cheveux, se baladent dans les mèches brunes. Shinichi ne se lasse jamais de ça. Certes, ce geste lui rappelle parfois Mina. Les vieilles habitudes qui restent mais Heiji arrive à gommer ce souvenir. à le remplacer par son image à lui. Shinichi sourit presque lorsqu'il entend sa remarque. ça doit bien être vrai. Enfant, brisé. Il n'a rien d'un adulte en ce moment; surtout pas dans une telle situation. La voix d'Heiji est douce. Shinichi referme les yeux. Doigts qui viennent sur sa nuque, qui dérivent. Les ongles qu'il arrive à sentir. Et puis finalement il les ouvre à nouveau, voit Heiji. Il le regarde parler et écoute ensuite. Les mots font écho dans sa tête. Et ça le frappe. Se remettre à vivre. L'idée folle, inconsciente. Non, non. Heiji a raison. C'est ce qu'il doit faire. Mina n'est qu'un fantôme qu'il traîne, des chaînes qui l'empêchent d'avancer. Il boit pour oublier, pour atténuer la souffrance mais ce n'est pas ça qui changera quelque chose. Il doit réapprendre à respirer, à avancer. V - i - v - r - e ; c'était pas si difficile avant. Peut-être qu'il pourrait recommencer.

« T'as probablement raison. » Simple réponse, bien trop pour les mots qu'Heiji lui a offert. Pourtant, il faudra s'en contenter. Heiji a la caresse qui dérive, ses doigts qui se perdent sa joue avant de revenir à ses cheveux. Shinichi l'observe en silence. Il le voit fumer; nuages qui emplissent la pièce. Et sa main vient doucement arracher la cigarette des lèvres de Heiji. Il en tire une taffe avant de la lui recoller entre les lèvres. « Merci...Je me sens toujours mieux avec toi. » Shinichi le regarde; paupières qui clignent et puis il referme les yeux. « Tu devrais pas fumer, c'est mauvais pour la santé. » Hypocrisie, faible sourire qui essaie de s'étirer sur ses lippes. « Vivre...Je vais essayer, je te le promets. »




✩✭✫✮ burning desire
«Hasegawa Heiji»
moonchild
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 77
pseudo : yoolee/hiba
avatar + © : jaewon + skate vibe
emploi/études : héritier du 7 luck casino


Baby, if you wanna leave, come to California
Be a freak like me, too
Screw your anonymity, loving me is all you need
To feel like I do
We could slow dance to rock music, kiss while we do it
Talk 'til we both turn blue
(If you stay, I'll stay)

* ˚
˚    .     ˚  
    ✫ ✵        *
. ✹    ✵  
⋆ * .      ⊹   .
. ·   .   . .  · ✹
   *  .



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Déc - 23:45


wild thoughts





Il ne veut plus voir ses larmes, il aimerait les effacer, une à une, de façon à ce qu’elles ne trouvent plus leur chemin sur ses yeux. Il veut voir son sourire. Il veut le voir oublier, enfin. Même si c’est dur et Heiji, Heiji, il sait à quel point c’est difficile de laisser le passé derrière soi, quand les ombres grandissent, quand le soir ses oreilles lui rappellent sans cesse le crissement des pneus de sa voiture et le bruit sourd du corps qui atterrit sur le pare-brise. La scène entière n’a plus jamais quitté son esprit, peu importe les efforts engagés dans ce sens. Il se demande à qui d’autre Shinichi montre ses faiblesses, dans combien de bras il pleure se tristesse ? Il espère secrètement, égoïstement, d’être le seul, même s’il n’est surement pas le plus doué pour consoler le plus vieux, ça ne l’empêche pas de souhaiter être l’unique refuge. Heiji ne réfléchit pas vraiment à ses mots, il laisse juste filtre ces paroles que son cerveau juge être adéquates. Il est sincère au moins, il désire réellement le voir aller. Parce que Shinichi ne vit pas, c’est à peine s’il survit à vrai dire. Heiji ne retrouve presque plus l’homme qui l’avait charmé ce fameux soir au casino, les bras forts dans lesquels il n’avait pas hésité à tomber une seule seconde. Péché d’un soir, qui n’a pu être réitéré, qu’on n’a pas su refaire. Parce que Heiji ne pourra jamais lui forcer la main et Shinichi a l’esprit bien trop occupé, une autre qui n’existe plus mais dans le souvenir reste intacte. Mais il aime aussi avoir le rôle de protecteur, être son éponge émotionnelle et tenter de ne pas le laisser plus dépérir. Il caresse les cheveux courts, lui-même apaisé par le mouvement mécanique de ses doigts, les mèches brunes qui trouvent la lumière entre ses phalanges pliées. Leurs regards se croisent, des secondes auxquelles il s’accroche de toutes ses forces. Le visage de Shinichi l’a toujours tant fasciné, traits soufflés par le divin en leur perfection. Il bat des cils, un court moment, il ne se permet pas plus parce que le contact doit continuer.

Petit sourire sur le visage craquelé du vieux, c’est tout ce qu’il arrive à lui décocher, mais c’est mieux que rien. Heiji accepte tout, même les moindres gestes. Heiji sent ses doigts qui bougent d’eux-mêmes, fautent un instant avant qu’il ne les remette à l’endroit. Ce n’est pas le moment et, surtout, il n’a pas le droit. Il ne l’a jamais eu. Ce qu’il avait eu de Shinichi auparavant n’avait été rien de plus qu’un égarement. « J’ai toujours raison. » soupire cynique, de l’enfant gâté transformé en jeune adulte pourri, il lui offre un simple sourire. Un sourire qui ne veut rien dire, dénué de joie ou de tristesse, seulement là pour combler le vide de son visage.

Il allume sa cigarette mais elle lui est dérobée rapidement. Seulement un court instant avant que Shinichi ne la lui rendre, peut-être qu’elle garde la sensation de ses lèvres à ses doux. Il s’injure intérieurement et maudit son âme trop rêveuse parfait. Pourtant, le goût de sa cigarette ensuite semble meilleur. Hm. Heiji se contente de hocher de la tête, le plus vieux n’a pas à le remercier, non, tout semble bien naturel entre eux. « Occupons-nous de ta santé d’abord, okay ? » Il courbe le dos et se penche, un peu difficilement bien que son visage n’en montre rien, juste assez pour poser son front contre celui de Shinichi, un résidu de fumée disparaissant d’entre ses lèvres alors qu’il les entrouvrait. « J’aurais besoin de plus qu’une promesse. Tu dois vraiment le vouloir. »






goddamn right
( you should be scared of me)
avatar
date d'installation : 25/11/2017
messages : 120
pseudo : clemmm la star
avatar + © : kwon hyuk (dean) ft moi rip (avatar) / signa (@self) / gif (@tumblr)
emploi/études : travaille dans les affaires familiales, l'illégalité.


don’t make me sad,
don’t make me cry
sometimes love is
not enough
and the road gets tough
i don’t know why
keep making me laugh,
let’s go get high
the road is long, we carry on
try to have fun in the meantime



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Jan - 14:23


wild thoughts





Shinichi, bercé dans cette douceur éphémère. Le corps posé, échoué sur les cuisses d'Heiji. Proximité dont il ne se lasse pas, Shinichi qui arrête de penser un instant. Il se laisse faire, s'autorise les caresses de l'autre. Et ça lui arrache un maigre sourire, pourtant une esquisse appréciable vu la situation. Il n'y a qu'Heiji qui puisse, que Heiji qui en soit capable. Remède à ses maux, le toucher réparateur. Heiji qui saurait créer l'impensable : un sourire à l'allure sincère. Et cela même sans lumière, sans obligation de le faire. Shinichi sourit encore à ses mots. J'ai toujours raison. Si seulement; Il lève les yeux un instant pour voir les lèvres d'Heiji se mouver; tout doucement, simplement. Esquisse sur laquelle il ne saurait mettre aucun mot. Et puis le briquet laisse s'échapper un éclair de lumière; cigarette allumée; accrochée pendant deux secondes à ses lèvres. Shinichi l'attrape juste après, taffe volée. Fumée qu'ils se partagent. Mais Shinichi rend bien vite la clope; Petites paroles échappées et puis il parle de santé. L'ironie pour celui qui boit pour se soulager, pour oublier. Celui qui se bat sans s'arrêter, dont les poings aiment un peu trop cogner. Santé, futile d'y penser. Du moins la sienne. Celle d'Heiji lui est plus précieuse s'il y réfléchit. Et Shinichi, il ne se rend même pas compte de ce que ça veut dire. Oui, cette idée; ça prouve qu'il est attaché. Bien lié à Heiji d'une certaine façon, assez pour se préoccuper de lui. Venir se réfugier sous son toit, dans ses bras; se noyer dans les effluves de son parfum. ( le cœur qui semble battre à nouveau sous la carapace déjà fissurée)

Shinichi; un léger rire qui s'extirpe; Chacun qui s'occupe de l'autre; ils sont incroyables. Mais le rire s'arrête aussi vite qu'il a commencé. Heiji, le dos courbé. Heiji qui se penche, son front qui vient se poser contre le sien. La distance, effacée. Shinichi qui ouvre les yeux mais ne voit rien. Shinichi sent juste la fumée; elle s'en va, s'enfuit d'entre les lèvres d'Heiji. Lui qui a promis, on lui répond. Heiji veut plus qu'une promesse. Peut-être a t-il raison. On ne sait pas quelle est leur valeur; si elles seront tenues ou juste balancées par hasard puis oubliées. Et les mots résonnent; Shinichi continue de les entendre même lorsqu'Heiji ne dit rien. Sauf qu'il est troublé. Cette proximité; cette absence de distance; et les lèvres d'Heiji, si proches des siennes. Il pourrait faire une connerie. Est-ce l'alcool ou l'envie ? Aucune idée. Il repense juste à leur goût. (péché) L'erreur, ou du moins c'est comme ça qu'ils devaient l'appeler. Shinichi, encore avec Mina. L'alcool pourtant présent dans ses veines et cette nuit d'égarement avec Heiji. Cela faisait des mois qu'il n'avait touché à personne, pas réussi à poser ses mains sur d'autres corps. Mais là, il se retrouve avec l'envie de l'embrasser. De goûter à ses lippes, à une autre forme de douceur qu'il ne voudrait que de lui. Heiji, privilégié dans ses envies. Shinichi qui ne fait pourtant rien. Se contente de répondre. « Je le veux, vraiment. Je te le prouverai. »

Certitude; Shinichi prêt à le faire, à le lui montrer. Heiji, l'exception. Et Shinichi, il sent que l'alcool a peut-être diminué; concentration moins importante du nectar. Il fait en sorte de se redresser; bien sûr, c'est avec un peu de difficulté. Mais il réussit; s'appuie sur Heiji. Et même si tout tangue encore, il le tire. Heiji, cigarette qu'il lui enlève. Shinichi vient l'écraser dans le cendrier. C'est sans un mot, sans rien dire. Il l'entraîne dans la chambre; vieille habitude. C'est pas la première fois qu'il vient pleurer chez lui, qu'il se saoule pour que Heiji le console ensuite. Shinichi connaît l'appartement, il n'a aucun mal à se diriger et cela même dans la relative pénombre et son état - plutôt pathétique. Il ouvre la porte, aperçoit le lit et il pousse Heiji dessus. Il ne compte pas être seul. Il a besoin de le sentir; d'entendre sa respiration avant de s'endormir. Shinichi, il en a marre des réveils solitaires; des couchers qui le sont encore plus. Corps échoués sur le matelas et ses bras qui viennent entourer Heiji - à moins que ce soit l'inverse. Il n'en sait rien et il s'en fout. « Reste avec moi, s'il te plaît. » Il étouffe le 'j'ai besoin de toi' c'est pas le moment; mieux vaut se taire et fermer les yeux sur ce qu'ils pourraient faire.




✩✭✫✮ burning desire
«Contenu sponsorisé»
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMOJIS & CIE  ::  :: minato :: résidences-
Sauter vers: